80 km/h : l’erreur statistique du nombre de morts par 100’000 habitants

Tous les médias, sans exception, à l’instar de Midi Libre reprennent les chiffres du nombre de morts pour 100’000 habitants comme indice de sécurité routière, alors que ce chiffre ne signifie rien. Il ne prend pas en considération la géographie, ni la démographie, ni l’économie. Une population qui roule beaucoup en poubelles dans de vastes campagnes aura plus d’accidents de la route qu’une population qui roule peu qui se déplace dans des zones urbaines avec des voitures haut-de-gamme, c’est évident. 

Le nombre de morts par 100’000 habitants n’apprend rien de la létalité routière

Le nombre de tués par milliard de kilomètres parcourus est évidemment beaucoup plus parlant. Et là, les données changent. La France est à 9.6, la République tchèque à 45,4, le meilleur étant les Pays-Bas avec 5,6.

Mais là encore ce n’est pas significatif, parce qu’il est normal que les Pays-Bas aient le taux le plus faible, parce qu’avec leur densité de population, on est pour ainsi partout en zone habitée, les centre-villes sont dédiés aux piétons, alors qu’en France on a d’immenses zones de campagne.

De même, la Suède a notablement moins de morts que nous, mais au-delà de leurs règles de circulation drastiques, le réseau routier est enneigé six mois par année, on y roule forcément lentement et pendant qu’on glisse dans un platane en France,on glisse dans une congère en Suède. Les conséquences d’un choc à 80 ou 110, peu importe, dans un platane ne sont évidemment pas les mêmes qu’un choc à 40 ou 60 dans une congère.

Quant à la Grèce, elle est deux fois au-dessus de la France avec ses jolies routes dignes de la France de 1970, qui traversent des paysages idylliques où l’on roule à tombeau ouvert.

In fine, le nombre de tués ne nous apprend rien sur l’accidentologie non plus

L’âge moyen du parc automobile allemand est plus faible, 8,7 ans contre 8,9 pour la France. Les voitures sont plus haut-de-gamme, le prix d’achat moyen pour une voiture neuve est de 26’717€ en France contre 30’350 en Allemagne. Elles sont en bien meilleur état en Allemagne qu’en France, parce que le contrôle technique y est autrement plus sévère, même avec le nouveau contrôle. Et aussi, la tolérance routière y est plus grande, mais les sanctions considérablement plus sévères et les contrôles beaucoup plus fréquents. Alors qu’un automobiliste français se fait contrôler en moyenne une fois tous les deux ou trois ans, c’est deux ou trois fois par an en Allemagne. Enfin, l’Allemagne est 2,5 fois plus densément peuplée que la France, il n’y a pour ainsi dire plus de campagnes. Il y en a, mais sur des surfaces autrement moindres. Alors qu’en France on peut rouler dans certains endroits dans des quasi déserts sur des dizaines de kilomètres, ça n’existe pas en Allemagne, quelques kilomètres au plus.

7,8 tués par milliard de kilomètres parcourus contre 9,6 pour la France. 6,48 morts/100’000 habitants contre 8,4/100’000 pour la France. Une conséquence logique et quoi que fasse la France, elle ne parviendra pas à atteindre ce seuil, sauf à interdire de rouler dans les campagnes. Plus la densité de population est élevée, plus le nombre de kilomètres de voies soumises à l’urbanisation et donc plus lentes est élevé, fort logiquement.

Du coup, si vous avez une population qui roule à 50 dans de bonnes voitures récentes, c’est évidemment moins dangereux qu’une population qui roule à 90 dans des poubelles. Je grossis le trait, mais les chiffres que j’indique démontrent que les allemands roulent en moyenne plus lentement à cause de la densité de population avec de meilleures voitures et ce malgré les limitations plus élevées. Et ça ce sont des paramètres sociétaux et géographiques, influer dessus est pour le moins compliqué.

Les limitations de vitesse ne sont pas véritablement significatives de la vitesse à laquelle les gens roulent. On roule ainsi en France largement aussi vite qu’en Allemagne et même plutôt plus vite, si on exclus les zones urbanisées où vit 80% de la population, aussi bien sur autoroutes que sur nationales. Parce qu’il faut le savoir, il n’y a que 5% des conducteurs qui respectent les limitations de vitesse et 5% sont en permanence très au-dessus (dont moi, où c’est la puissance de mon moteur qui détermine ma vitesse). Donc en Allemagne c’est 100, les gens roulent à 110. En France c’était 90, ils roulaient aussi à 110. Mais en Allemagne il y a par exemple beaucoup moins de grands excès de vitesse en zone 50 et moins conséquents. Les sanctions sont plus sévères en Allemagne et alors qu’en France la périodicité moyenne des contrôles routiers est de un tous les deux ans, en Allemagne c’est deux à trois par an. Si en France des centaines de milliers de gens roulent sans permis, en Allemagne c’est beaucoup plus rare et aucune chance de rouler 30 ans sans permis comme on en attrape souvent en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *