Comment – et pourquoi – le FN parasite-t-il le débat politique? LA preuve aujourd’hui!

Le FN (Fion Nazi, en langage courant « trou-du-cul national-socialiste ») est souvent accusé de gêner, voire d’empêcher le débat politique. Mais assez curieusement, lorsqu’on pose la question, on s’aperçoit qu’assez peu sont capables de dire pourquoi. Il faut donc l’expliciter.

Précisément, aujourd’hui, LA preuve de ce que j’avance, François Hollande a touché à un thème contaminé par le FN… 


Tous les thèmes de l’extrème-droite sont dans le programme

Le FN base son programme sur tous les thèmes caractéristiques du fascisme : identité nationale, préférence nationale, patrie, famille, archaïsmes moyen-âgeux divers, etc…

Tout ce qui repose sur une contrainte, le devoir, une obligation, potentiellement perceptible comme relevant du patriotisme par les esprits les plus soumis au populisme, ouvrant la porte à l’exploitation de la démagogie jusqu’à l’absurde, à même de répondre de manière simpliste à toutes les questions qu’un esprit primaire se posera.

La gouvernance peut amener à prendre des décisions déplaisantes

Tout n’est pas rose dans une Nation, même si nous le voudrions bien, mais c’est ainsi, l’intérêt supérieur de l’ensemble prime sur l’intérêt individuel. Garantir autant que faire se peut la paix sociale est un des devoirs essentiels de l’État, c’est même sa raison d’être.

Ainsi, si lorsque tout va bien la tolérance le développement sociétal, battent leur plein, en présence de troubles, de crises, des décisions pas toujours faciles à prendre peuvent devoir être prises. Un État fort c’est un État qui ne s’effondre pas à la première peccadille et prendra la mesure qui s’impose pour résoudre la situation, même au prix d’une certaine douleur. De penser que tout peut se passer en douceur relève de l’idéalisme. Comme on a de plus en plus l’habitude de le lire, nous ne sommes pas chez les Bisounours. D’ailleurs, même des gens foncièrement gentils, mais avec des principes opposés, peuvent finir par engendrer des tensions qu’il faudra bien résoudre.

Il y a des décisions pas toujours faciles à prendre, elles peuvent être coercitives, contraignantes, parfois à la limite du racisme ou de la discrimination ou perçues comme telles. L’art de la politique consistant à parvenir par la suite à faire accepter progressivement le changement.

Mais voilà, il y a le FN!!! …

Le FN phagocyte tous les thèmes pénibles

Le FN contamine les thèmes qu’il touche. Il ne produit rien de nouveau, il se contente de s’approprier un thème qui, une fois contaminé de sa main fasciste est désormais interdit à tout autre camp politique, sous peine d’association.

Précisément, aujourd’hui, nous avons la preuve de la conséquence pour un politique de toucher à un thème que le FN a contaminé.

François Hollande  a validé une mesure que l’immense majorité souhaitait, à savoir la possibilité de déchoir de la nationalité française tout double national  condamné pour terrorisme. La mesure est plus symbolique qu’autre chose. Outre le fait que ça ne concerne qu’une petite poignée d’individus en tout, rien ne dit qu’après avoir retiré la nationalité française à l’un d’eux il devienne expulsable vers son pays. Si sa vie y est menacée, le Droit International l’interdit et si son pays le refuse, la France ne peut pas le forcer à l’accepter.

Mais il s’agit d’une mesurette qui plaît et de ne pas la prendre aurait pu être considéré comme une lâcheté politique. François Hollande s’est retrouvé pris entre deux feux -allumés par le FN- :

  1. Soit il restait sagement dans son camp gauchiste et était alors taxé de lâcheté politique.
  2. Soit il prenait la décision et était alors taxé d’instable politique qui bascule vers l’extrême-droite.

Il a donc choisi le courage politique, plus dynamisant. Très rapidement l’opinion publique devrait oublier ce passage alors que de ne pas l’avoir fait, on aurait pu compter sur le FN pour rappeler que cette mesurette parfaitement inutile s’imposait de fait et qu’il est le seul à la proposer.

Le FN produit lui-même les problèmes qu’il pourra exploiter

C’est par exemple le FN lui-même qui est à l’origine du problème du voile. Depuis des années, des décennies même, qu’il tape sur les musulmans, parlant « d’invasion », de « colonisation », « d’islamisation de la France », affichant des chiffres parfaitement ubuesques censés démontrer qu’ils seront très rapidement majoritaires, parlant alors de « remplacement de la population française de souche ». Ainsi, à force d’un nombre toujours plus grand de musulmans dans la société, bien que très fortement minoritaire, de plus en plus soumise à la démagogie d’extrême-droite et de plus en plus sensible au populisme au fur et à mesure du développement de sentiments racistes, en sommes-nous arrivés à cette société intolérante envers l’Islam. Ce qui a servi opportunément de terreau fertile aux islamistes pour manipuler l’opinion en attisant le feu en soufflant sur les braises, en demandant aux hommes de vivre autant que possible en musulmans, affichant une polygamie strictement illégale ouvertement, menaçant de troubles en cas d’opposition…et les femmes de s’exposer ostensiblement en musulmanes en portant le voile mettant alors en évidence une minorité infinitésimale et invisible de la population, devenant le fer de lance des islamistes (et l’expression n’est pas de moi, mais d’eux).

C’est simple à comprendre : une musulmane non voilée, c’est une française, une française voilée, c’est une musulmane! Et une musulmane à Paris, c’est exotique, 5 musulmanes qui se déplacent ensemble, c’est un troupeau de fatmahs, 10 musulmanes dans une foule… c’est une invasion!

C’est un peu court, mais ça marche. Si elles ne portaient pas le voile, l’argumentaire ne tiendrait pas, donc on focalise l’attention de la société sur elles pour faire appel à leurs sensibilités identitaires qu’elles se retrouvent contraintes à défendre. Il suffit qu’un islamiste passe par-là pour qu’elles s’affirment dans leurs droits, donnant voix au FN qui peut ainsi librement exploiter la « preuve » de ce qu’il avance

Le FN devient alors légitime à affirmer qu’il protège la société française contre la prétendue invasion dont il est lui-même à l’origine et occupe ainsi l’espace politique.

Le concept reposant sur l’entraînant et convaincant slogan répété à loisir entre deux Marseillaises à chaque discours de son nouveau gourou : « on est chez nous, on est chez nous, on est chez nous »…à répéter durant de longues minutes pour bien s’en imprégner en tapant dans ses mains et des deux pieds par terre.

Les intentions des autres groupements politiques sont pourtant bien différentes

La différence fondamentale entre le FN et tout autre composant authentiquement républicain et démocrate est évidente. Le FN exploite le phénomène en thèse raciste, visant à discriminer une fraction de la population pour fracturer la société jusqu’à obtenir le pouvoir sous prétexte de patriotisme. Alors qu’un autre parti n’aura en vue que le rétablissement de la paix sociale, quitte à revenir sur le problème ultérieurement, une fois la société stabilisée.

Le FN ne soutient pas des causes, il se les approprie et les phagocyte

Ainsi, au lieu de se résoudre, la cause s’amplifie, lui donnant progressivement raison. Et plus elle s’amplifie et plus il la phagocyte, la rendant de plus en plus impraticable aux autres acteurs politiques, lui permettant de s’amplifier d’autant plus, lui permettant de la phagocyter encore plus.

Et, bien sûr, la conséquence de tout ceci est que le FN peut encore arguer du fait qu’il ne demande rien d’autre que de mettre tout ceci au débat public, accusant les autres de refuser, ce qui lui donne encore du grain à moudre en s’affirmant comme étant le candidat anti-système, donc favorable au peuple, etc…etc…

Raison pour laquelle le FN n’est pas démocratique et donc qu’il n’est pas de son bon droit de soutenir une cause quelle qu’elle soit.

Le débat politique n’est alors plus possible

Et c’est pareil pour tout. Vu que le FN est un amalgame de contraintes, de coercitions, de discriminations, de propositions racistes, d’archaïsmes, de devoirs, authentiques ou imaginaires, forcément, dès qu’un parti politique très éloigné de ses intentions est amené à produire une proposition allant dans ce sens fatalement elle entre en symbiose avec une proposition du FN qui se l’approprie et l’assimile et a alors beau jeu de hurler au plagiat. Et pas la peine de prétendre que vos intentions sont plus nobles parce que le FN s’empressera d’exploiter ça pour se « dédiaboliser » en accusant l’autre partie de démagogie, de propagande anti-FN qui, bien évidemment, devient de facto un gentil qui ne veut que le bien de la Nation face au vilain opportuniste qui le plagie.

Ce ne sont donc pas les autres qui copient le FN, mais le FN qui picore de partout ce qu’il y a de pire chez les autres pour se l’approprier et les empêcher de l’exploiter dans le cadre d’une gestion normale de l’État.

Le corollaire de tout ça

La conséquence en corollaire est que tout ceci se transforme en fonction politique, le FN devient une arme pour le pouvoir. Puisque tout sujet phagocyté par le FN n’est plus un sujet politique pour le débat public, le pouvoir peut continuer tranquillement son bonhomme de chemin.

Si le FN ne s’appropriait pas le thème des radars en remettant en cause la réalité de leur utilité, les suspectant de n’être qu’un impôt déguisé visant ceux qui se déplacent pour travailler, peut-être que dans les autres partis d’autres personnes soutiendraient la même chose, ce qui mettrait le pouvoir dans ses petits souliers pour imposer les radars.

…Mais comme le FN phagocyte le sujet, personne ne va s’y intéresser de peur de l’assimilation au fascisme, qui fait tache sur un CV politique, et le pouvoir installe librement autant de radars qu’il veut, sans qu’il n’y ait de débat démocratique, sauf à être en faveur des radars, bien évidemment.

Du coup, puisqu’il n’y a pas d’opposition aux radars, hormis celle du FN, dont le pouvoir en en tenant pas compte marque son distancement des idées nauséeuses de cette secte, ce qui est tout bénéf, il peut considérer que sa position sur le sujet est démocratique et continuer d’agir comme bon lui semble sur le sujet.

Une gouvernance compromise

Par conséquent il n’est plus possible de gouverner et il faut faire bien attention à ne pas soutenir une thèse que le FN pourrait récupérer, même si elle allait dans le sens de l’intérêt général et la société se déstabilise progressivement, favorisant la possibilité pour les nazis de pointer du doigt les minorités qu’elle a marginalisées et ainsi prendre de l’ampleur.

Voilà comment -et pourquoi- le FN parasite le débat politique en empêchant de gouverner pour rendre la société instable en accusant les autres d’en être responsables, mais s’ils font quelque chose, alors c’est qu’ils piochent dans les idées nauséeuses du FN.

Si le FN n’existait pas, non seulement il serait possible d’intervenir sur les sujets sensibles qui leur sont si chers… mais il n’y aurait même pas à en parler puisqu’ils sont la cause même de la plupart de ces problèmes.

Le peuple se retrouve enchaîné

Désormais le peuple se retrouve condamné, s’il veut résoudre certains de ses problèmes de société, à voter pour les fachos, puisque personne d’autre ne peut s’emparer de ces thèmes que le FN a fait siens. Et en les faisant siens, il les a corrompus, les rendant définitivement impraticables pour les autres partis.

Tout en sachant que la plupart desdits problèmes de société sont issus du FN lui-même qui a rongé la société durant des décennies -60 ans pour être précis, un vrai travail de sapeur patient- pour la sensibiliser, jusqu’à ce qu’elle se retrouve déstabilisée. Et aujourd’hui, ceux qui ne touchent plus aux thèmes que le FN s’est approprié passent pour des traîtres qui ne s’occupent plus du peuple, brisant la confiance en le politique, alors que le FN passe pour être le seul parti qui s’intéresse au peuple et qui devient un héros.

C’est beau la démagogie…

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *