La faillite de Lehman Brothers, un gigantesque hold-up de 200 milliards !

Blythe Masters devant ses ruines

Altereco nous parle du livre d’Oonagh McDonaldune remarquable enquête, « Lehman Brothers, a crisis of value ».  J’avais déjà expliqué de long en large sur le forum d’Arcinfo, disparu aujourd’hui où j’avais officié au moment de la crise des subprimes ce que je pensais de la faillite de Lehman Brothers, à quel point cette faillite était frauduleuse. 


Lehman Brothers a servi de poubelle financière

Selon moi c’était une gigantesque arnaque dans laquelle les repurchase agreements n’ont pas seulement servi à qualifier le bilan, mais aussi et surtout aux vendeurs de se débarrasser de titres encombrants (des Alt-A ou contenant des Alt-A, par exemple). Ainsi, Lehman était rémunérée, tout au moins ceux qui ont mis au point cette carabistouille, pour accepter des titres périlleux dans son bilan. Une fois la faillite accomplie, les vendeurs se retournent contre le liquidateur qui doit les indemniser par du capital sonnant et trébuchant. De sorte que les vendeurs se sont délestés de leurs actifs pourris en les blanchissant au travers de la faillite de Lehman Brothers.

Pourquoi Obama n’a pas sauvé les propriétaires en mortgage alors qu’il suffisait d’un décret?

Si tel n’avait pas été le cas, pourquoi Obama n’a-t-il pas tout simplement émis ce décret contraignant les banques émettrices de mortgage à juste rééchelonner les échéanciers? Ce qui aurait évité à des centaines de milliers, pour ne pas dire des millions, de familles américaines, de perdre leur maison.

Obama a donc SCIEMMENT accepté que des millions de familles soient expulsées et leurs maisons dévaluées, jusqu’à 1$ symbolique à un moment donné.

Pourquoi? Sinon pour sauver le système bancaire gavé d’actifs pourris en lui permettant de s’en débarrasser dans la faillite de Lehman Brothers?

Le puzzle de la pseudo faillite

Pourtant tout est très logique : entre 2006 et 2008, Richard Fuld débarque, il achète massivement des actifs pourris passant alors le montant des « investissements à risque » de 86 milliards à 275 milliards. Ce qui tendrait à prouver que le monde de la banque savait que le crash se produirait imminemment, ce qui constitue un délit d’initié et le fait que Fuld ait racheté ces actifs pourris une gestion déloyale, qui a donc engendré une banqueroute frauduleuse.

Lehman Brothers fait faillite… 

…Puis les vendeurs « d’investissements à risque » réclament leur dû. La faillite de Lehman Brothers a nettoyé le système bancaire de ses actifs pourris, en les payant sur son propre capital, que la masse en faillite permet de réaliser SANS PAYER D’IMPOTS !

C’était en réalité juste un gigantesque hold-up

Les financiers ont déplacé 200 milliards de la poche des pauvres, détenteurs des crédits mortgage, aux leurs, via la faillite des pauvres.

De là à affirmer que les subprimes ont été conçus spécifiquement dans le but d’engendrer la crise à cet effet, il n’y a qu’un pas qu’il serait aisé de franchir, parce que, franchement, qui peut croire que les banquiers s’imaginaient que la hausse annuelle de l’immobilier de 15% sur laquelle reposait le mortgage allait se perpétuer éternellement ? C’est presque faire injure à leur intelligence de s’autoriser à penser qu’ils y ont cru.

Donc non, ils savaient et ils ont donc conçu le mortgage pour placer de l’argent de manière à ce que les pauvres paient des intérêts. Pour amortir les pertes suite à l’effondrement de l’immobilier, ils ont utilisé le véhicule spécial des  Alt-A, les fameux « subprimes », pour les diluer dans l’économie mondiale. Ainsi, ils gagnaient sur le crédit, sur sa titrisation et, grâce aux fameux CDS de Blythe Masters, sur leur faillite.

CQFD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *