Green bonds : l’arnaque de la taxe carbone qui n’attaque pas la pollution mais préserve le nucléaire

François Hollande annonce que la France sera le premier pays à émettre des obligations vertes, des « Green bonds », visant à surtaxer l’énergie carbonée pour financer la transition énergétique. 

Oui, mais voilà, le carbone, c’est pas tout dans la vie… il y a aussi la pollution !


La taxe carbone est une manipulation des lobbys

Je disais déjà dans un précédent article comme l’ancien président du GIEC affichait jusqu’il y a tout récemment son appartenance au monde nucléaire sur son site, avec un en-tête éloquent : une photo de  centrale nucléaire !

Le GIEC n’est en fait rien d’autre qu’un lobby au service du nucléaire, mais aussi des industriels, qui cherchent à nous vendre des tas de produits labellisés écolos dans le plus pur greenwashing. Grâce à la taxe carbone, tout ce qui « pollue », comprenez « émet du CO2 », doit être remplacé. Le marché est évidemment considérable et représente des dizaines de milliers de milliards en fenêtres, matériaux d’isolation, nouvelles chaudières, nouveaux véhicules, etc…

Les Green bonds sont la preuve de cette manipulation

Les Green bonds sont littéralement un aveu pour quiconque veut bien se donner la peine de réfléchir. Ils sont présentés comme servant à financer la transition énergétique, oui, mais QUELLE transition énergétique ?

En fait, c’est simple, leur objectif n’est pas de financer la transition énergétique, mais d’engendrer un coût pour l’énergie carbonée. De surtaxer ce qui produit du CO2.

Pas de surtaxer ce qui pollue, ce qui produit des déchets qui menacent nos descendants sur des millénaires alors que nos infrastructures actuelles sont de plus en plus dénoncées comme étant susceptible de nous péter à la figure, aussi bien dans les médias que par l’ASN lui-même, dixit rien de moins que son président, Pierre-Franck Chavet.

Non, il s’agit bien de taxer le CO2, conformément aux intérêts du nucléaire, qui n’en produit pas et que l’on fait passer pour moins dangereux ou moins urgent que le CO2 en nous faisant croire qu’il est la cause du réchauffement climatique alors qu’il n’est évidemment qu’une des innombrables causes d’origine humaine.

La manipulation dure depuis des décennies

Depuis des décennies le nucléaire français « développe les énergies renouvelables », comprenez, l’éolien et le photovoltaïque. Deux techniques ancestrales parfaitement obsolètes dans les technologies employées qui recoupent trois avantages cruciaux :

  1. Elles sont particulièrement coûteuses, absorbant ainsi tout l’argent disponible pour une éventuelle transition énergétique.
  2. Elles sont particulièrement inefficaces, ne produisant strictement rien malgré des investissements massifs en centaines de milliards. Et dès qu’elles eurent représenté une fraction mesurable de la production totale, eh bien on a accéléré la voiture électrique, histoire d’éviter que cette énergie ne vienne concurrencer le nucléaire sur le réseau.
  3. Elles sont très moches, destructrices du paysage, occupant des surfaces immenses, nécessitant des infrastructures délirantes, parfaitement adaptées à l’instillation de l’idée que le nucléaire, quand même, c’est autrement plus sympa. C’est propre, c’est technologique, ça prend moins de place…

Ainsi, le peuple est convaincu : pas demain la veille que les ENR pourront remplacer le nucléaire. 

Pourtant, la france est le troisième investisseur mondial dans les ENR. A l’étranger, EDF et AREVA construisent des centrales solaires thermiques si performantes qu’elles produisent jour et nuit, des centrales houlomotrices, des centrales hydroliennes, des usines marémotrices.

La France est championne du monde des énergies renouvelables

…Mais pas chez elle, chez elle, c’est le nucléaire, qui doit durer à tout prix, parce qu’après des décennies d’avantages délirants offerts aux salariés, de captation de la richesse par son principal actionnaire, l’Etat, qui lui a pompé 20 milliards rien que ses 10 dernières années, soit plus de la moitié de sa dette, de tarifs beaucoup trop bas, parmi les moins chers du monde, de mauvaise gestion dans des investissements étrangers absolument aberrants, désormais, comme de bien entendu, EDF et AREVA sont en faillite…

Autres infos sur le nucléaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *