Linky : les idiots du compteur intelligent

Comme pour tout autre sujet qui apparaît, les nodocéphales mous du bulbe se sont emparés du Linky, le gratifiant de tout un tas de choses toutes plus exubérantes les unes que les autres. 


Que lui reproche-t-on?

En vrac :

  • Il est indiscret, grâce à lui l’Etat judéo-maçonnique dirigé par le conglomérat bilderbergien Rotschild-Goldman Sachs-Rockfeller va pouvoir vous espionner dans tous vos faits et gestes. Il va par exemple savoir que vous avez allumé votre machine à laver à 22H30.
  • Il est mauvais pour la santé, pardon, il est dangereux pour la santé. La sale bête irradie quantité de rayonnements électromagnétiques hautement toxiques qui vous cuisent le cerveau comme un micro-onde alors que votre sang bout et vos cellules explosent sous la chaleur.
  • C’est un instrument de vol, c’est pour vous facturer plus de courant, c’est pour ça qu’il n’a pas de roue qu’on peut bloquer par une aiguille en faisant un petit trou sur le côté pour empêcher le compteur de tourner.

Et on n’hésite pas à communiquer sur le sujet, même sur les blogs de Mediapart. On notera que depuis la publication de cet article, le site de l’auteur, jcbinfo.free.fr, a tout bonnement disparu.

…Et on n’hésite pas non plus à prétendre que « L’Observatoire du nucléaire recommande aux citoyens de protéger leur santé et celle de leurs enfants en refusant fermement l’installation de tels compteurs »… du très très officiel donc…

Et tout ça est bien évidemment est partagé, repartagé, amplifié, par lesmoutonsenrages.fr où là on va jusqu’à invoquer Tesla, rien de moins. Reporterre, où là on « augmente notre exposition aux ondes électromagnétiques ». Et il ne s’agit là que des grands sites, les petits sites sont innombrables, des milliers, dont certains fournissent même, le plus officiellement du monde, des « lettres de refus d’installation du compteur Linky ». On peut même y lire l’opportunité d’ajouter à la liste des reproches le risque d’abîmer l’électroménager.

Autrement dit, quand un Linky est installé, si votre lave-linge tombe en rade derrière, cherchez pas…

Des groupes Facebook se créent pour se regrouper contre le Linky, si petit, si moche, si méchant. Une petite visite s’impose… inquiétant, pauvres gens, j’espère au moins que ça ne fait pas mal.

A quoi sert-il ? 

Une bonne introduction pourrait être la liste d’arguments d’ERDF. Une telle litanie d’avantages pour la victime l’abonné est déjà une argutie pour les complotistes. Soyons clairs, ERDF est une entreprise très officielle, elle est donc suspecte. Inconsciente de sa teneur, si elle avait réellement voulu imposer le Linky, l’entreprise aurait plutôt dû lister les inconvénients, on lui aurait déjà trouvé des qualités histoire de modérer un peu le propos.

Mais ERDF parle aussi des nouvelles énergies où là Linky prend toute son ampleur.  C’est là que les athéniens s’atteignirent. Linky est la pierre angulaire de la gestion de la distribution de l’énergie en smart grid.

Le smart grid est la première étape de la transition énergétique, constituée d’un ensemble de choses, comme l’économie d’énergie, les productions micro-locales d’énergie, la distribution aussi locale que possible de cette énergie et, surtout, la collecte et la distribution de la moindre parcelle d’énergie disponible.

Jusque-là, pour répondre aux pics de consommation, on augmentait le rendement des centrales nucléaires des heures avant, en dispersant le trop-plein d’énergie dans le sol en attendant le pic, puis on dispersait à nouveau le trop-plein le temps de la réduction de la production. Tout ceci prenait des heures en raison de l’inertie des centrales. Une centrale nucléaire n’est rien d’autre qu’une gigantesque bouilloire. C’est une machine à vapeur qui entraîne une génératrice. Pour augmenter la production, on doit donc faire bouillir la bouilloire, ce qui prend un certain temps. Et une fois le pic satisfait, il faut laisser refroidir la bouilloire.

L’avantage, c’est la puissance disponible, qui n’existe pas avec les nouvelles énergies qui, par définition, doivent être économisées. A contrario, l’avantage des nouvelles énergies est leur réactivité instantanée… à condition de savoir où injecter l’énergie. Et c’est à ça que sert Linky qui non seulement mesure précisément votre consommation à l’instant T, mais permet le traçage d’une carte des consommations instantanées, de sorte que l’excédent d’ici devient la source d’énergie de là et vice-versa.

Il n’y a aucune autre solution.

Ouais, mes les allemands l’ont abandonné !

Effectivement, l’Allemagne a décidé de ne pas l’installer chez les consommateurs en-dessous de 6000kW/an, autant dire tout le monde puisqu’un ménage moyen consomme plutôt la moitié de ce volume.

Mais la France n’est pas l’Allemagne, qui est non seulement plus avancée en matières de production de nouvelles énergies, mais a également une densité de population beaucoup plus conséquente, plus du double de la française. La France a effectivement une densité de population de 113 habitants par km2 avec 80% de la population citadine, alors que l’Allemagne c’est plus de 250 habitants par km2 avec une population sensiblement plus rurale. En réalité, les villes sont moins denses et les campagnes plus denses qu’en France, qui comporte d’immenses espaces vides.

Il est dès lors facile de comprendre pour quiconque réfléchira un peu que le compteur intelligent est moins crucial en Allemagne qu’en France, tout simplement parce que les ménages étant plus proches les uns des autres, chaque groupe représente une unité de consommation qui peut être mesurée directement dans le répartiteur local plutôt que directement dans les logements. Et ce d’autant que les allemands sont beaucoup plus collectifs que les français. Les immeubles sont tous équipés d’un chauffage central unique, ce n’est pas comme en France où chaque logement est chauffé séparément.

Enfin, les allemands n’ont jamais prétendu qu’ils n’installeraient pas le compteur intelligent, mais juste qu’ils retardaient son installation pour se préoccuper en priorité des plus gros consommateurs, qui ne sont pas concentrés dans des zones industrielles comme en France, mais disséminés sur le territoire, complexifiant la distribution de l’énergie. Alors on comprendra qu’ils cherchent d’abord à se soulager de ce poids avant de se préoccuper des petits consommateurs. D’autant qu’en Allemagne la démocratisation de l’énergie est également beaucoup plus avancée, ils sont plus libéraux sur le sujet et il y a fort à parier que des tas de nouveaux entrants vont arriver sur le marché et qu’ils installeront leurs propres compteurs intelligents pour connecter leurs clients au smartgrid… c’est autant de milliards d’économisés.

On pourrait se dire qu’on pourrait faire de même en France, mais en France nombre de logements sont encore chauffés à l’électricité. Le chauffage au mazout ou au bois est encore rare, ce qui induit de très grosses disparités d’un ménage à un autre.

L’électricité française est beaucoup moins chère que l’allemande pour le particulier (en fait, elle est même l’une des meilleures marché du monde), pourtant la facture française est en moyenne similaire à la facture allemande. Le français est un très gros consommateur d’électricité. Pour gérer cette grosse consommation il faut bien évidemment être informé de son utilisation là où elle est consommée.

Enfin, le smart grid est de toute façon global à terme, il ne s’agit pas que de la France ou de l’Allemagne. Chaque pays doit mettre en oeuvre une politique de gestion de l’énergie et le compteur intelligent est installé partout. 

Et l’irradiation alors ? 

On entend souvent dire que le compteur intelligent irradie son environnement…

Déjà, il s’agit d’un rayonnement, pas de radiations, d’un rayonnement non ionisant dont même le CRIIREM reconnaît l’absence d’effets thermisants. Autrement dit, vous pouvez manger Linky si vous voulez, votre cervelle ne va jamais cuire, surtout si vous êtes un nodocéphale mou du bulbe, donc par définition totalement acéphale. Les rayonnements non ionisants sont toutefois considérés comme potentiellement cancérigènes par les organes officiels.

Autrement dit ; refusez Linky, parce que vous allez mourir du cancer !

Soyons sérieux un instant. Linky fonctionne par CPL et donc rayonne dans la maison, c’est vrai. Mais l’électricité elle-même émet un rayonnement non ionisant,  même s’il est à plus basse fréquence, TOUT émet un rayonnement non ionisant et, de toute façon, Linky ne communique pas en permanence. Il ne s’agit que d’instructions, de mise à jour, le tout à vitesse informatique, il ne s’agit que d’impulsions qui durent au plus quelques secondes à intervalles réguliers et avec une puissance émettrice ridicule. Toutes les X secondes Linky émet un fichier de quelques octets contenant de quoi alimenter la carte de consommation instantanée, juste l’essentiel :

  • Son identifiant ;
  • La consommation instantanée ;
  • Un éventuel sursaut exceptionnel ;
  • Votre compte en banque ;
  • Votre extrait de naissance ;
  • Le nom de votre mère ;
  • Avec qui vous êtes en train de copuler ;
  • Etc…

Ces émissions très courtes, très momentanées, au plus une dizaine par minute en période intense, ça risque toutefois de suffire pour que les électrosensibles aient très mal à la tête, même en cas de coupure de courant comme lorsque les antennes GSM les font souffrir alors qu’elles ne sont même pas branchées.

Quelques exemples d’influence du rayonnement non ionisant sur la population

L’épisode bernois :

En 2006, en Suisse, une association voulait faire un essai de couverture Internet par des antennes d’une portée de 50 km avec une technologie aujourd’hui supplantée par le satellite, plus simple. Pour cela, ils avaient trouvé une vallée idéale, dans le canton de Berne, complètement enclavée et, bien évidemment, dépourvue d’Internet.

…Grosse levée de boucliers! C’est allé jusqu’au Tribunal Fédéral (le tribunal suprême suisse) en arguant du fait que nul ne savait les effets sur la santé et, sous la pression des anti et ce alors même que cette technologie (le Wimax) fonctionnait déjà dans le monde entier, le TF a donné raison aux opposants, mais en permettant quand même les essais sous certaines conditions.

Puis les plaintes sont arrivées, des tas de gens se plaignaient de maux de tête, menaçaient l’association si elle n’arrêtait pas son antenne…qui n’a finalement jamais été installée. Voyant la levée de boucliers, l’association avait renoncé au projet, trop pauvre pour se permettre de prendre le risque de dépenser de la ressource dans un projet qui risquerait d’être compromis par quelques illuminés.

Cet épisode avait défrayé la chronique durant deux ans, mais j’ai eu beau chercher, noyé par le flot d’infos sur le sujet, je n’ai jamais remis la main sur quelque chose, malheureusement.

L’épisode parisien :

Un jour une jeune femme de bonne famille s’installe dans un chouette logement en attique à Paris, donnant sur les toits. Vue dégagée, grande et belle terrasse, un paradis. Jusqu’au jour où, à 300 mètres de là, sur un toit droit devant, voilà que Bouygues vient installer une antenne GSM.

Très rapidement, la demoiselle a mal à la tête, elle se plaint à Bouygues, qui vient faire des mesures et voit que tout est en ordre. Elle renonce à utiliser sa terrasse, elle blinde son appartement : papier peint spécial, traitement du verre de la baie vitrée, etc…  rien n’y fait, pensez, l’antenne est en droite ligne, à 300 mètres. Elle dépose donc plainte.

Le jour du tribunal arrive et la demoiselle explique qu’elle ne vit plus à cause de cette antenne. Elle souffre tellement que des fois pour se reposer elle va dormir chez sa mère. Elle parle des investissements auxquels elle a consenti et tout et tout. La parole est à la défense et l’avocat de Bouygues lui demande : « donc, si on comprend bien, là, quand vous allez rentrer chez vous, vous allez souffrir? », la jeune femme répond que oui et qu’elle angoisse même à l’idée de rentrer chez elle, la pauvre.

L’avocat dépose alors une pièce, un document d’huissier attestant que l’antenne a été débranchée et plombée depuis deux mois. Pas juste arrêtée, que l’on ne puisse pas suspecter Bouygues de la rallumer de temps en temps, non, débranchée. Ca faisait deux mois que l’antenne n’était tout bonnement plus fonctionnelle.

Cette histoire, je l’avais lue sur le site de Bouygues, qui communiquait à ce sujet, mais l’article a bien évidemment disparu et dans Le Parisien, mais là aussi, il y a tellement d’infos…

L’épisode de la concentration :

En 2008 les électrosensibles avaient décidé de se retrouver entre eux, dans une vallée en Allemagne, proche de la frontière suisse. Ils avaient trouvé cette petite vallée complètement vierge d’ondes (donc même les satellites ne « l’irradient » pas, c’est assez curieux). Ils ont alors organisé leur petite torrée de 3 jours qui s’annonçait très festive, sans portable, sans TV, sans rien, de vrais hommes des bois.

Un journaliste de Der Spiegel, curieux, a décidé de se mêler à la foule et de tenter une expérience. Il est donc allé à la concentration…

Le premier jour, tout s’est bien passé, tout le monde était ravi, les conversations tournaient toutes autour de ces ondes, du monde moderne qui va détruire l’humanité, tout ça. C’était la joie d’être là, quoi.

Le lendemain, le journaliste a mis en route un dispositif Wifi sur un des sommets environnants pour inonder d’ondes la vallée et voir ce que ça ferait. Résultat : RIEN, NADA!

Les heures passent, tout va bien. A la nuit tombée, un électrosensible, équipé de son détecteur d’ondes (oui, parce qu’ils ne sont électrosensibles que si l’appareil détecte quelque chose, évidemment), va se balader pour vérifier que tout va bien et, fatalement, découvre le signal wifi !! Il grimpe alors sur la montagne et découvre ce routeur wifi alimenté par une batterie installé par le journaliste, manifestement, c’est donc une agression, la Police est appelée, qui relève l’attaque de ces pauvres gens et enregistre la plainte.

Le journaliste a été condamné à je ne sais plus combien d’amende et 10’000€ d’indemnité à l’association organisatrice de la rencontre.

Vous trouverez cet article dans Der Spiegel, qui est si fier de ses archives, si vous cherchez bien… en allemand.

Vous l’aurez compris, moi qui a tout en wifi, imprimante, PC et même ma connexion est 3G…

A noter que peu importe que vous ayez un galet 3G ou non, que vous soyez connecté en wifi ou non, que vous accédiez à Internet par satellite ou non, que vous ayez un smartphone ou non, si vous êtes dans le champ d’émission d’un émetteur, vous êtes inondé de son rayonnement.

Alors, déjà, où que vous vous trouviez sur la planète, vous êtes inondé du rayonnement des sateliites, aussi bien pour Internet que pour la télévision ou la météo. Ensuite, en France, il n’y a plus beaucoup d’endroits où il n’y a pas de 3G, qui n’est rien d’autre que du wifi… et je ne vous parle pas du GSM, les zones blanches sont si rares qu’elles sont répertoriées, il y en a 11 dans tout le pays. 11 endroits, minuscules, où le GSM ne passe pas. Partout ailleurs vous recevez le rayonnement non ionisant d’un émetteur.

…Alors le CPL ponctuel d’un Linky…

1 Comments

manu

ben non on s’en fous pas ! sous prétexte qu’il y a pire on devrait laisser faire ?
une couche de plus et encore une de plus et ……….

Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *