Nobélisés : racisme, sexisme, bêtise qui confine à la stupidité, le bilan n’est pas -toujours- glorieux.

…Mais on oublie que les nobelisés le sont pour un travail précis, pour une oeuvre précise, qui a nécessité un investissement et une somme de travail, que le chercheur y mette ses tripes. Ca ne signifie pas que pour tout le reste il n’en reste pas un homme (ou une femme). 


Le nobélisé sait tout, voit tout

Lorsque je tiens un de mes propos économiques on me ressort en argument des remarques de Jean Tirole (ou Allais) qui tendraient à me donner tort. Pourtant, Jean Tirole (ou Allais) ne fait que donner son opinion, en aucun cas elle ne me donne tort et c’est sur son analyse de la macroéconomie des marchés qu’il a été nommé, ça ne fait pas de lui un immense génie hyper visionnaire qui sait tout et qui voit tout. Et, pour tout dire, en matière d’économie, il serait même plutôt archaïque. Mais dans son domaine, lorsque je l’écoute, je suis béat d’admiration. Alors qu’il expliquait en quoi consistait le travail pour lequel il a été nommé, j’ai appris plus sur l’incidence macroéconomique des marchés que ces dix dernières années.

Dans son domaine cet homme est donc un génie. Après, il est timide, on dirait presque que son Nobel le gêne et d’une modestie qui confine à la vanité.

Les nobélisés sont simplement méritants, ils n’ont rien de surhumain

Les nobelisés sont des hommes comme les autres et il faut les considérer comme les autres. Même si dans le cas de crétins, tels ceux cités par Slate, comme celui qui affirme que si les afroaméricains sont plus faibles intellectuellement c’est pour des raisons génétiques, ça signifie le détester comme les autres.

Ces gens ont toute mon admiration pour leur oeuvre…ils n’auront pas tout mon amour aveuglément pour autant. Le fait qu’ils soient nobélisés ne fait pas ce qu’ils sont, mais juste qu’ils l’ont mérité, c’est tout et c’est déjà pas mal.

Cela dit, on notera que dans l’article de Slate, il n’est pas cité de femmes. Je ne me souviens d’ailleurs pas d’avoir entendu parler d’un dérapage d’une nobelisée. Il est vrai qu’elles sont plus rares, il n’empêche, se pourrait-il qu’elles soient moins bêtes que les hommes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *