Pour la première fois des particuliers opposés à la pose de Linky déboutés par la justice, ENFIN !

Ils étaient les premiers à avoir gain de cause, ils sont désormais les premiers à avoir été déboutés de leur demande.  Si on ajoute à ça le rejet du Sénat et de l’Assemblée de la possibilité de le refuser, la transition énergétique peut avancer. Parce que même si ce n’est pas forcément déjà évident aujourd’hui, sans compteur plus intelligent que ses opposants, pas de transition énergétique.

J’espère bien que la Cour de Cassation ira dans le sens de cette décision

S’il est vrai que le financement de Linky interroge, il n’en reste pas moins que sans Linky, pas de transition énergétique, même si aujourd’hui ce n’est pas encore évident puisqu’il n’est pas exploité. Les infrastructures n’étant tout simplement pas encore en place, il est littéralement utilisé comme un compteur normal, ses fonctionnalités que ses opposants ne perçoivent pas ne servant alors à rien. De fait, son installation est interprétée comme ne servant qu’à ENEDIS, ce qui, dans l’immédiat, est vrai, puisque son seul intérêt aujourd’hui est de permettre le relevé à distance.

Il y a bien quelques fonctions exploitées, mais très peu visibles du grand public. Par exemple la faculté de couper les gros consommateurs, comme les pompes à chaleur, pour éviter le blackout. Par grand froid, pour éviter le blackout, l’opérateur coupe à tour de rôle les PAC chez l’habitant, quelques minutes par-ci, quelques minutes par-là, ce qui ne se remarque pas et donc ne plaide pas en faveur de Linky, bien que ce soit indispensable.

En tout état de cause cela ne servirait à rien d’installer des tas de systèmes de production d’énergie partout tant que Linky ne sera pas posé. C’est un ensemble de choses à faire en même temps : isolation des logements, création des nouvelles sources d’énergie, construction des centres de gestion de l’énergie, pose des récepteurs chez le particulier qui en permettent le contrôle…

Linky permet de répartir la consommation de courant

Pour schématiser, imaginez que les PAC soient organisées en dix groupes, autrement dis, dix fois six minutes de l’heure de fonctionnement. Lorsque le froid arrive, pour limiter le pic de consommation, ENEDIS coupe à tour de rôle six minutes groupe après groupe. Chez l’habitant, tout ce que ça fait, c’est que durant six minutes toutes les heures la PAC est arrêtée, pas de quoi refroidir la maison.  Si il fait plus froid, ENEDIS coupe deux fois par heure la PAC, ce qui fait que chaque demie-heure la PAC est arrêtée six minutes. Il se peut qu’il fasse un degré de moins dans la maison. Si il y a un grand froid, pourra couper six minutes toutes les 20 minutes. Il fera un peu moins chaud dans les maisons. Ainsi, le blackout est évité, qui lui coupe le chauffage chez tout le monde et, dans ce cas, il n’est plus possible de rétablir le courant, parce que tout redémarre en même temps. 

Le blackout pose ce problème que contrairement à ce qui est cru, ce n’est pas juste un manque de courant momentané, mais un blocage qui interdit de rétablir le courant tant que la cause de la surconsommation n’a pas été résolue. Autrement dit, si c’est une vague de froid la cause…eh bien il faudra attendre sans chauffage que la vague de froid passe. Dans les faits, en réalité, le courant est rétabli progressivement, secteur par secteur, en délestant chaque secteur de tout ce qu’il est possible de couper pour soulager le redémarrage du secteur suivant, voilà pourquoi après un blackout le rétablissement prend plusieurs jours, durant lesquels des gens n’ont plus d’électricité. La tentation d’acheter du courant supplémentaire pour disposer de l’énergie nécessaire pour rétablir le chauffage est grande, mais la conséquence ne l’est pas moins et les québécois en ont plusieurs fois l’amère expérience avec les lignes qui ont tout simplement fondu.

Avant Linky, les PAC bénéficiaient d’un abonnement spécial

Équipé d’un compteur séparé avec un récepteur dédié, pour cette raison. Avec Linky, non seulement cet abonnement n’est plus nécessaire, mais d’ici quelques années tous les gros consommateurs, lave-vaisselle, lave-linge, sèche-linge, four, cumulus, cuisinière, etc. seront équipés du même récepteur. Ainsi, en cas de pic, le réseau pourra empêcher le démarrage, par ordre de priorité. A 19h30 de stopper le four n’est pas très pertinent. Même le cumulus peut être utile pour le repas, si il a été vidé au cours de la journée il peut être nécessaire de lui faire une recharge. Mais rien ne justifie de permettre le fonctionnement du lave-linge, du sèche-linge, du lave-vaisselle. De même, si vous voulez faire fonctionner le four à 3hoo du matin, si il n’y a pas assez de courant en raison d’un courant froid, vous devrez attendre ou cuisiner autrement.

Le financement pose problème

Tout simplement parce qu’il n’est pas compris que ce soit au particulier de le payer. Mais en réalité, quand vous faites vos courses au supermarché, le magasin, le caddie que vous utilisez, le parking qui est dehors, le salaire de la caissière, c’est évidemment vous qui le payez, ça ne tombe pas du ciel. Et dans le cas de ENEDIS, il faut comprendre que de plus en plus de gens ne sont plus clients de ENEDIS, ils achètent leur énergie à un concurrent, comme Direct Energie ou Enercoop si vous êtes écolo. Mais demain, il y aura pléthore de fournisseurs, vous pourriez même être client de votre coopérative de quartier. Du coup, il est évidemment hors de question que ENEDIS glisse le coût du compteur dans les frais et charges de fonctionnement de l’entreprise. Si une fois installé vous les quittez pour un autre, c’est du déficit pour l’entreprise qui paie un compteur pour qu’un concurrent en profite.

Par contre, il n’est pas normal que ENEDIS en profite pour faire un coup de commerce en facturant le compteur à crédit avec un taux de 4%. C’est clairement un abus de position dominante.

Pour ce qui est des ondes

Outre le fait que Linky n’en émet pas ou tellement peu que c’est vraiment négligeable et qu’il est désormais prouvé par l’ANSES que l’électrosensibilité n’existe pas, on ne pourra non plus compromettre la transition énergétique pour ça.

ENEDIS devra donc modifier le plan de financement du compteur

Qu’elle n’ait pas à le financer est normal, qu’elle fasse du bénéfice dessus, un peu moins et Que choisir a lancé une pétition en ce sens. ENEDIS est une entreprise du service public, elle n’a pas à faire de bénéfice. Comme l’Etat est actionnaire à 83.5%, si elle fait du bénéfice, l’essentiel des dividendes revient à l’Etat, ce qui revient littéralement à un impôt déguisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *