Justice, Sénat, Assemblée et désormais Conseil d’Etat,les opposants au Linky sont déboutés partout !

Ils étaient les premiers à avoir gain de cause, ils sont désormais les premiers à avoir été déboutés de leur demande.  Si on ajoute à ça le rejet du Sénat et de l’Assemblée et désormais du Conseil d’Etat, de la possibilité de le refuser, la transition énergétique peut avancer. Parce que même si ce n’est pas forcément déjà évident aujourd’hui, sans compteur plus intelligent que ses opposants, pas de transition énergétique.

J’espère bien que la Cour de Cassation ira dans le sens de cette décision

S’il est vrai que le financement de Linky interroge, il n’en reste pas moins que sans Linky, pas de transition énergétique, même si aujourd’hui ce n’est pas encore évident puisqu’il n’est pas exploité. Les infrastructures n’étant tout simplement pas encore en place, il est littéralement utilisé comme un compteur normal, ses fonctionnalités que ses opposants ne perçoivent pas ne servant alors à rien. De fait, son installation est interprétée comme ne servant qu’à ENEDIS, ce qui, dans l’immédiat, est vrai, puisque son seul intérêt aujourd’hui est de permettre le relevé à distance.

Il y a bien quelques fonctions exploitées, mais très peu visibles du grand public. Par exemple la faculté de couper les gros consommateurs, comme les pompes à chaleur, pour éviter le blackout. Par grand froid, pour éviter le blackout, l’opérateur coupe à tour de rôle les PAC chez l’habitant, quelques minutes par-ci, quelques minutes par-là, ce qui ne se remarque pas et donc ne plaide pas en faveur de Linky, bien que ce soit indispensable.

En tout état de cause cela ne servirait à rien d’installer des tas de systèmes de production d’énergie partout tant que Linky ne sera pas posé. C’est un ensemble de choses à faire en même temps : isolation des logements, création des nouvelles sources d’énergie, construction des centres de gestion de l’énergie, pose des récepteurs chez le particulier qui en permettent le contrôle…

Linky permet de répartir la consommation de courant

Pour schématiser, imaginez que les PAC soient organisées en dix groupes, autrement dis, dix fois six minutes de l’heure de fonctionnement. Lorsque le froid arrive, pour limiter le pic de consommation, ENEDIS coupe à tour de rôle six minutes groupe après groupe. Chez l’habitant, tout ce que ça fait, c’est que durant six minutes toutes les heures la PAC est arrêtée, pas de quoi refroidir la maison.  Si il fait plus froid, ENEDIS coupe deux fois par heure la PAC, ce qui fait que chaque demie-heure la PAC est arrêtée six minutes. Il se peut qu’il fasse un degré de moins dans la maison. Si il y a un grand froid, pourra couper six minutes toutes les 20 minutes. Il fera un peu moins chaud dans les maisons. Ainsi, le blackout est évité, qui lui coupe le chauffage chez tout le monde et, dans ce cas, il n’est plus possible de rétablir le courant, parce que tout redémarre en même temps. 

Le blackout pose ce problème que contrairement à ce qui est cru, ce n’est pas juste un manque de courant momentané, mais un blocage qui interdit de rétablir le courant tant que la cause de la surconsommation n’a pas été résolue. Autrement dit, si c’est une vague de froid la cause…eh bien il faudra attendre sans chauffage que la vague de froid passe. Dans les faits, en réalité, le courant est rétabli progressivement, secteur par secteur, en délestant chaque secteur de tout ce qu’il est possible de couper pour soulager le redémarrage du secteur suivant, voilà pourquoi après un blackout le rétablissement prend plusieurs jours, durant lesquels des gens n’ont plus d’électricité. La tentation d’acheter du courant supplémentaire pour disposer de l’énergie nécessaire pour rétablir le chauffage est grande, mais la conséquence ne l’est pas moins et les québécois en ont plusieurs fois l’amère expérience avec les lignes qui ont tout simplement fondu.

Avant Linky, les PAC bénéficiaient d’un abonnement spécial

Équipé d’un compteur séparé avec un récepteur dédié, pour cette raison. Avec Linky, non seulement cet abonnement n’est plus nécessaire, mais d’ici quelques années tous les gros consommateurs, lave-vaisselle, lave-linge, sèche-linge, four, cumulus, cuisinière, etc. seront équipés du même récepteur. Ainsi, en cas de pic, le réseau pourra empêcher le démarrage, par ordre de priorité. A 19h30 de stopper le four n’est pas très pertinent. Même le cumulus peut être utile pour le repas, si il a été vidé au cours de la journée il peut être nécessaire de lui faire une recharge. Mais rien ne justifie de permettre le fonctionnement du lave-linge, du sèche-linge, du lave-vaisselle. De même, si vous voulez faire fonctionner le four à 3hoo du matin, si il n’y a pas assez de courant en raison d’un courant froid, vous devrez attendre ou cuisiner autrement.

Le financement pose problème

Tout simplement parce qu’il n’est pas compris que ce soit au particulier de le payer. Mais en réalité, quand vous faites vos courses au supermarché, le magasin, le caddie que vous utilisez, le parking qui est dehors, le salaire de la caissière, c’est évidemment vous qui le payez, ça ne tombe pas du ciel. Et dans le cas de ENEDIS, il faut comprendre que de plus en plus de gens ne sont plus clients de ENEDIS, ils achètent leur énergie à un concurrent, comme Direct Energie ou Enercoop si vous êtes écolo. Mais demain, il y aura pléthore de fournisseurs, vous pourriez même être client de votre coopérative de quartier. Du coup, il est évidemment hors de question que ENEDIS glisse le coût du compteur dans les frais et charges de fonctionnement de l’entreprise. Si une fois installé vous les quittez pour un autre, c’est du déficit pour l’entreprise qui paie un compteur pour qu’un concurrent en profite.

Par contre, il n’est pas normal que ENEDIS en profite pour faire un coup de commerce en facturant le compteur à crédit avec un taux de 4%. C’est clairement un abus de position dominante.

Pour ce qui est des ondes

Outre le fait que Linky n’en émet pas ou tellement peu que c’est vraiment négligeable et qu’il est désormais prouvé par l’ANSES que l’électrosensibilité n’existe pas, on ne pourra non plus compromettre la transition énergétique pour ça.

ENEDIS devra donc modifier le plan de financement du compteur

Qu’elle n’ait pas à le financer est normal, qu’elle fasse du bénéfice dessus, un peu moins et Que choisir a lancé une pétition en ce sens. ENEDIS est une entreprise du service public, elle n’a pas à faire de bénéfice. Comme l’Etat est actionnaire à 83.5%, si elle fait du bénéfice, l’essentiel des dividendes revient à l’Etat, ce qui revient littéralement à un impôt déguisé.

2 Comments

Danièle Bovin

Comment ça l’hyper électro sensibilité n’existe pas pour l’anses ??? qui vient au contraire de sortir un rapport en mars 2018 en reconnaissant les symptômes, mais pas la cause. Ce qui est foncièrement hypocrite, car,demandez nous à nous les EHS et nous allons vous dire exactement les symptômes en fonction des pollutions : wifi, 4G, blutooth etc…
Et si vous aviez lu les rapports vous verriez que le CSTB est beaucoup plus précis que l’anfr, et montre bien que le « bruit » (des ondes) est bien supérieur au chiffre annoncé par Enedis… ça ne sert à rien de faire les autruches et de vouloir à tout crin rassurer les gens, c’est vers un maga scandale sanitaire que nous allons… dans le mur !

Reply
Thierry Curty

Bonjour,

Merci de votre commentaire et sachez que je suis navré que vous souffriez, même si je ne sais que trop pertinemment que l’électrosensibilité n’existe pas.

Voyez-vous, c’est à vous, les EHS, que l’ANSES s’est intéressé, ce sont des EHS qui ont été testés ce qui démontre que cette pathologie n’existe pas. Ils sont donc bien venus vous demander à vous, comme vous le réclamez, pour que vous puissiez décrire les symptômes et ils ont été testés de long en large sous toutes les fréquences, toutes les puissances dans toutes les conditions, wii, 4G, etc..

Je peux vous répondre à vous les EHS, par des exemples frappants qui démontrent que l’électrosensibilité n’existe que dans votre tête.

La réalité est que vous n’êtes pas capables de faire la différence entre un routeur allumé ou éteint. Et je peux citer des exemples très concrets d’aberrations.

Oui, vous souffrez, mais pas d’électrosensibilité, vous êtes juste si convaincus que vous êtes électrosensibles que vous somatisez et, bien évidemment, c’est difficile pour vous de l’admettre.

Mais dites-vous bien que vous n’êtes pas capables de détecter si un appareil émet ou non et ça des tas de tests simples en double aveugle ont été faits et des exemples qui sont allés jusqu’au tribunal ne manquent pas :

A Paris, ce devait être en 2003, une jeune femme s’installe dans une magnifique attique. Elle est heureuse, elle profite de son immense terrasse qui donne sur les toits. Quelques mois plus tard Bouygues installe une antenne GSM droit devant chez elle, à 300 mètres. Commence la galère : maux de tête, nausées… alors la jeune femme isole son logement, mais rien n’y fait, les baies vitrées sont trop grandes. Elle fait faire des mesures, qui indiquent évidemment un rayonnement très prononcé. Bouygues vient et décrète qu’il n’y a rien d’anormal, tout est dans les normes. Elle dépose plainte. Au tribunal elle explique qu’elle souffre tellement que parfois pour se reposer elle va dormir chez sa mère. Ce à quoi l’avocat de la défense lui demande : « donc, vous confirmez que quand vous aurez quitté ce tribunal, que vous rentrerez chez vous, vous souffrirez ? ». Evidemment, elle répond que oui. Là, il donne une pièce à conviction au président du tribunal, une attestation d’huissier disant que l’antenne est débranchée depuis plusieurs mois. La jeune femme ne souffrait pas des ondes, mais de la vue de l’antenne. Elle a commencé à souffrir à l’installation de l’antenne et souffre tant qu’elle est là, peu importe qu’elle émette ou pas.

En 2006 en Suisse, une association veut couvrir une vallée reculée de l’Oberland bernois avec une antenne Wimax et demande une autorisation pour faire des essais avec Siemens. Levée de bouclier des anti-tout, c’est la bronca, on en parle dans les médias, ça parle de démocratie, de référendum, de non-respect des électrosensibles qui souffrent. Une association est fondée, qui a très vite des tas de membres et dépose plainte au tribunal d’instance. Le jour de l’audience arrive et là les plaignants se plaignent de maux de tête avec ce système Wimax. Le représentant de l’association qui voulait installer l’antenne a la parole : « ah non, quand on a vu le bordel que ça a mis on a abandonné et on a rien fait » !

Un autre exemple avec un journaliste allemand d’un grand magazine qui voulait en savoir plus. Il s’est inscrit à une association d’électrosensibles, a suivi durant plusieurs mois les délibérés, les actions. Jusqu’au jour où l’association a proposé un week-end en pleine nature dans un endroit dépourvu d’ondes nocives et où ils pourraient se reposer de la pollution életromagnétique entre eux. Un certain nombre s’inscrit, dont le journaliste, qui va installer sur un sommet environnant un puissant routeur wifi alimenté par batterie qu’il peut activer à distance, par télécommande. Tout le monde arrive le vendredi soir, des mesures sont faites, c’est un paradis, il n’y a pas d’ondes. La matinée du samedi se déroule sans problème, à midi tout le monde mange, tout va bien. Dans l’après-midi le journaliste active son routeur, se disant que tout le monde est détendu, le moment est opportun. Rien, toute la soirée se passe impeccablement, avec le routeur qui inonde la vallée de son puissant signal. Le dimanche matin, rien, tout va bien. En fin de matinée un illuminé se balade avec un récepteur et découvre le signal et le routeur. Là, ça commence : « il me semblait bien que je ne me sentais pas bien depuis hier, voilà pourquoi ». Tout le monde commence à avoir mal à la tête, des nausées… et s’en va ! Le journaliste a été condamné à 10’000€ d’amende, pour tout un tas de raisons, dont l’emploi d’un routeur bien trop puissant et il a dû indemniser, sauf erreur à hauteur de 1500€ l’association organisatrice du week-end parce qu’il a gâché leur WE. Ce qui ne signifie évidemment pas que le tribunal a reconnu que ces gens souffraient d’EHS, juste qu’ils ont bel et bien souffert en raison des agissements du journaliste, parce que s’il n’avait rien fait, le WE ce serait bien terminé.

J’en ai d’autres du même acabit.

Alors non, si vous voulez ne plus souffrir, faites un travail sur vous, mais ne venez pas vous prétendre électrosensible, parce que ce n’est pas le cas. C’est une croyance du même acabit que ceux qui témoignent qu’ils sont devenus handicapés, que leur bébé est mort ou autiste, etc.. après la vaccination. L’obnubilation est un puissant hallucinogène capable de faire vivre des choses qui semblent vraies, mais n’en restent pas moins des hallucinations. Il existe des gens si christianistes sur le monde qu’ils génèrent des stigmates, ils se mettent à saigner des mains en raison des clous qu’on a planté lors de la crucifixion. C’est vraiment quelque chose de puissant et vous en êtes clairement victimes. C’est triste pour vous, mais ce qui l’est plus, c’est que vous en faites subir les conséquences à l’ensemble de la société plutôt que d’agir dessus. Chacun à ses problèmes, nous n’avons pas à subir les vôtres.

Reply

Laisser un commentaire