Aaaahhh....Les Impôts...

Vos oeuvres, ou celles que vous aimez..
Técé
Invite
Invite

Aaaahhh....Les Impôts...

Message par Técé » ven. 12 déc. 2008, 20:52

Les Impôts
Prologue



Les impôts ne sont qu’une résurgence, devenue anachronique, des temps royalistes, un sursaut existentiel d’une abjection qui refuse de mourir : La dîme ! Leur utilité oscille entre le pas grand-chose et l’à peu-près rien !

Peut-être devrions nous songer plus intensément à leur suppression !

Les républicains révolutionnaires n’avaient à l’époque pas d’autre choix que de perpétuer les impôts. Le niveau culturel de ces simples citoyens ne permettant pas l’élaboration d’un nouveau système social et financier. Au point qu’il remirent, sous l’époque dite de la Restauration, le Roi en place.

Le précepte essentiel de la toute nouvelle république reposait, en matière fiscale, sur l’intention du peuple, sa bonne volonté. Le citoyen bien intentionné donnait, à titre de l’impôt communautaire, ce qu’il pensait pouvoir donner. Autant dire que la situation n’a pas duré bien longtemps. Des lois furent donc votées pour déterminer le montant de l’impôt…. Ramenant la situation à celle connue sous la royauté.

A l’heure actuelle, tout à changé, l’imposition est devenue complètement anachronique avec l’avènement des contrôles douaniers, de la taxation directe, du déploiement multilatéral de tous les secteurs d’activité, des contrats d’échanges commerciaux internationaux, toutes données nouvelles à prendre en compte.

Il est curieux de constater qu’il est normal d’ajouter sans compenser. La population craint, en cas de suppression des impôts pour ses acquis sociaux. Sans réaliser qu’elle en aurait bien moins besoin le cas échéant.

Quand je pense que le peuple reproche, à tort, à la TVA d’être une double imposition !

Que dire du fait que nous payons des impôts sur de l’argent gagné, versé par des gens qui ont été taxés dessus, alors même que nous payerons des impôts sur les différents produits achetés grâce à cet argent déjà de multiples fois fiscalisé ? Que ce que nous aurons acheté, déjà imposé par les taxes, rapportera du chiffre d’affaires, imposé, au commerçant…. Qui paiera des impôts sur le reste, si il y en a !


Chapitre I
De l’utilité des impôts



A quoi peuvent bien servir les impôts ? Le revenu de l’état n’étant en aucun cas garanti par cette ressource. Rares sont les états qui peuvent se vanter de dépasser une part budgétaire d’origine fiscale supérieure à quinze pour cent. Je souhaiterais bien en trouver un !

Les impôts n’ont en réalité que plusieurs utilités inattendues :

- Ils permettent lors des recensements de collecter les renseignements, à but statistique, de les fusionner. Ce qui permet de connaître avec précision les différentes couches sociales, leur représentation, l’évolution de leurs activités, l’évolution de la situation familiale globale, l’état des différents marchés, etc….

- Ils permettent un contrôle de l’état du marché en augmentant où réduisant le pouvoir d’achat. La balance économique dépendant directement de la fiscalisation du peuple.


- Ils garantissent aux puissants de ne pas avoir besoin d’en payer. Tout au moins pas proportionnellement à leurs revenus.

- Ils permettent à l’état de faire croire qu’il est généreux en ne faisant pas payer d’impôts aux plus démunis… Tout en sachant que les sommes récupérables sont dérisoires dans ce cas face aux coûts intrinsèques engendrés par l’établissement des déclarations.



L’existence des impôts génère de la fraude fiscale, permet toutes les procédures envisageables pour ne pas posséder les biens, pour les faire posséder à des sociétés, pour dissimuler les revenus réels. Actuellement, une personne gagnant quinze mille euros gagne à peu près autant d’argent qu’une personne en gagnant le double, ce qui est tout de même assez troublant. En outre, les travailleurs sont démotivés par le fait de devoir donner ce qu’ils ont durement gagné à l’état, ce qui est contraire à la performance.

Les taxes sur les activités sont le seul et unique revenu de l’état. TVA, taxes sur les tabacs, carburants, immatriculations, revenu des entreprises, à l’importation et l’exportation, etc…



Chapitre II
Le fondement de la perpétuation




Les assujettis sont tellement persuadés de la nécessité de l’impôt qu’ils veulent en payer. Le sujet devient propos politique. La gauche veut les augmenter… Pour les riches, au risque d’augmenter le volume de transactions financières aptes à la dissimulation du revenu pour ne pas parler franchement de fraude fiscale. Générant des détournements de biens sociaux, des augmentations artificielles des charges des entreprises, la présentation de bilans consolidés pour répondre aux diverses lois sur la transparence, des détournements de fonds et autres escroqueries multiples. Sans parler du départ des fortunes pour des endroits où , en échange de leur établissement, on leur fera des conditions moins défavorables. La droite veut les réduire… Pour tout le monde ! On baisse de cinq pour cent les impôts à toute la masse fiscalisable, très bien ! Un petit économise donc de quoi s’acheter une cartouche de cigarettes lourdement taxée de plus par année…. Et un gros économise de quoi se payer une nouvelle voiture de luxe, des vacances de luxe et le réveillon de Nouvel-an, luxueux, comme il se doit ! Tout le monde économise.

La suppression pure et simple des impôts résoudrait toutes les situations de fraude fiscale, de création de société off-shore devenues inutiles lorsqu’elles ont été crées dans cette intention. Elle prémunit contre le départ des fortunes vers des cieux plus cléments pour elles, elle met sur un pied d’égalité les petits et les riches. Tout au moins du point de vue de la discrimination fiscale.

Mais, allez dire à qui que ce soit que les impôts ne servent à rien….. Attendez-vous à la réponse…….

« Mais qui paie les routes et les administrations, alors ? »



Chapitre III
Quelques données




Je prendrai pour exemple concret la Suisse, pays où la fiscalisation est la mieux implantée. Il n’y a pas de seuil minimal d’imposition. Le seul fait de non-imposition se trouve être rempli lorsque la rentrée possible dépasserait le coût d’établissement et de contrôle de la déclaration.

Pour supprimer l’impôt fédéral direct, il suffirait d’une hausse de la TVA de deux pour cent. Actuellement à sept virgule six pour cent.

Le canton de Neuchâtel est le canton qui connaît la plus grosse dégradation financière du pays par la fuite des différentes industries et l’établissement des sièges sociaux soit à l’étranger, soit dans des cantons plus favorables fiscalement où disposant d’infrastructures plus importantes. Le canton dispose d’un budget global de un milliard deux cents millions de francs suisses, son endettement est de un milliard huit cents millions, pas grand-chose en proportion, son déficit budgétaire de deux mille quatre s’est élevé à cent millions de francs, c’est énorme ! Les rentrées fiscales, quant à elles, ne sont que de cent quarante-quatre millions de francs. Donc seulement douze pour cents de son budget global.

La droite au pouvoir depuis toujours a baissé systématiquement les impôts, les laissant au seuil…. Le plus élevé du pays ! La gauche, majoritaire pour la première fois, parle de réaugmenter les impôts pour réduire le déficit budgétaire. Le pouvoir d’achat des Neuchâtelois étant déjà ce qu’il est….. Meilleur moyen pour réduire encore le chiffre d’affaire des commerçants Neuchâtelois, d’augmenter proportionnellement les faillites.

De supprimer les impôts permettrait de redonner leur pouvoir d’achat aux habitants, de relancer l’économie, donc que les entreprises paient plus d’impôts sur leur revenu brut.


Epilogue


La suppression possible des impôts est universelle. Aucun pays au monde ne survit grâce aux sommes ridicules que la fiscalisation rapporte. Alors qu’elle est très durement supportée par les populations.

La suppression des impôts permettrait la réduction notable du nombre de fonctionnaires administratifs. L’augmentation moyenne des effectifs dans tous les pays à fiscalité élevée, les pays occidentaux, se monte à environ cinquante pour cent les cinq dernières années. A l’instar du canton de Neuchâtel que je cite plus haut.

En outre, les gens dépensant plus, une bonne part de cet argent revient immédiatement dans les caisses sous forme de taxes diverses.

Y’aurait-t-il quelques âmes intelligentes pour comprendre ?


T-C

Avatar du membre
LaFiLLeDuPèReNoëL
Financier
Financier
Messages : 1248
Enregistré le : dim. 30 nov. 2008, 16:00
Localisation : Juste ici!

Re: Aaaahhh....Les Impôts...

Message par LaFiLLeDuPèReNoëL » sam. 13 déc. 2008, 23:01

.... ne m'en parler pas! un jour de septembre, par erreur, j'ai signé un truc à la factrice, ... j'étais en vacances...., .... la tête ailleurs quoi.... et depuis, j'ai eu pas mal de ptits soucis administratifs qui m'ont pris la tête...
Vivement la retraite au soleil comme fufu! ;-))
Image

Répondre

Retourner vers « Vos textes, vos poesies... »