L'avenir énergétique n'est pas dans le nucléaire.

Avatar de l’utilisateur
Técé
Administrateur
Administrateur
Messages : 3259
Enregistré le : Ven 16 Jan 2009, 14:03
Localisation : Au soleil
Contact :

L'avenir énergétique n'est pas dans le nucléaire.

Messagepar Técé » Sam 12 Nov 2011, 10:43

L'économie actuelle est à bout de souffle. D'autres solutions voient le jour.

De mon côté je prépare mon concept depuis 2008, l'AMI - Action Mutuelle d'Investissement. Un système économique révolutionnaire qui redonne le pouvoir économique au peuple sans prétériter celui des financiers, de sorte que nous conservons les moyens de changer de système monétaire sans périlleuse gesticulation.

Le concept est basé sur le soutien et le financement à la création d'entreprises. Ceux qui rêvent d'entreprendre en auront enfin l'opportunité.

Il faudra aussi pouvoir proposer des "projets clés en mains" à des entrepreneurs potentiels, comme des ingénieurs.

Sur la terre, le nucléaire ne représente que 17% à 34% de l'énergie produite, selon les sources, fourchette du plus grand delta estimatif constaté.

Nous globalisons les productions, les marchés, les monnaies, les technologies, pourquoi pas l'énergie? ...Parce que EDF n'apprécierait pas qu'on importe de l'électricité venue de loin rendant son concept du "tout nucléaire ou presque" obsolète? :fubar: :dull:

Si en France, avec un taux d'énergie nucléaire de 75% elle est indispensable, à l'échelle du monde, il en va tout autrement. Ainsi, en introduisant la France dans un marché énergétique globalisé en induisant ses propres énergies, le nucléaire deviendrait caduque à l'échelon planétaire en moins de 30 ans, tout en offrant à la France de nouveaux horizons économiques, mais donc également au reste de l'Europe.

Ceux qui maîtriseront l'énergie dans les prochaines décennies deviendront des acteurs économiques incontournables, haine de l'Occident ou pas!

Mon idée est de profiter du fait que la France est le plus vaste territoire maritime du monde ainsi que de sa proximité avec la région du monde qui a la plus forte densité de population : l'Europe.

La France a construit sa première usine marémotrice (la Rance) depuis 60 ans...et ne l'a pas rééditée depuis, bien que son fonctionnement s'est montré plus que satisfaisant.

Aujourd'hui, la France songe aux parcs éoliens en haute mer. Des sociétés proposent des solutions flottantes, afin de s'épargner les contraintes de la construction en haute mer ainsi que celle de l'implantation au fond.

Les îles solaires de Thomas Hinderling, simplissimes et logiques, dont la construction aux Emirats a malheureusement été abandonnée en raison de problèmes d'ego de la part du prince qui finançait l'opération et voulait qu'elles portent son nom, sont un concept intéressant. Plutôt que photovoltaïques, dont la technologie est peu efficiente et polluante, elles sont thermiques. 3x plus puissant, plus facile à industrialiser, le thermique haute températeur transforme l'eau de mer en vapeur qui sert à faire tourner des turbines pour produire du courant, l'eau condensée après refroidissement étant dessalée et purifiée, elle peut être injectée dans le réseau d'eau potable par une simple connexion au réseau de distribution. Résolvant ainsi, du moins localement, le problème de l'eau potable.

Des centrales à vagues, de plusieurs types, existent en projet/concept, certaines sont en voie de construction. Leur puissance est énorme, leur rendement gigantesque. Leur industrialisation est facile pour un pays comme la France. Comme elles sont plus techniques que technologiques, elles nécessitent peu de terres rares, donc une faible dépendance à la Chine.

J'imagine donc des centrales à vagues gigantesques, des plates-formes flottantes mises en long serpent en travers des vagues, reliées entre elles par des générateurs produisant du courant au gré des ondulations du serpent. Sur ces plates-formes, des îles solaires thermiques, pour produire du courant et de l'eau dessalée, toutes les 3 ou 4 plates-formes, une éolienne implantée dessus pour optimiser encore la production d'énergie. :flower: :angel:

La France serait très vite championne du monde en la matière (en fait, elle l'est virtuellement déjà, par sa technologie de construction issue des grands navires). Les pays frontaliers seraient très certainement mis à contribution, en conséquence des opportunités qu'ils sont susceptibles d'apporter et pour l'équilibre de la balance commerciale. :bravo:

Pour cela, dans le cadre de l'AMI, nous soumettrions des projets d'industries de ce type (d'anciens chantiers navals seraient tout-à-fait adaptés, mais aussi, pour la gestion électronique, les industries spécialisées dans la gestion de l'énergie nucléaire sont compatibles, l'éolien existe, etc...). Le public ne manquerait pas de soutenir ces projets, induisant l'arrêt des centrales nucléaires. :sun: :sun: :sun:

De prendre cette voie contraindrait également la France à apprendre à démanteler ses centrales nucléaires. Secteur dans lequel elle est déjà championne (on l'a vu à Fukushima, rapide, réactive, efficace, compétente). :party:

Ainsi, elle aurait 3 technologies à exporter au lieu d'une :

  • Les énergies renouvelables vraiment efficaces
  • Des centrales nucléaires les meilleures au monde...si elle le souhaite! (C'est intéressant, ça donne du boulot pour les démanteler 40 ans plus tard :mrgreen: )
  • Le démantèlement des centrales actuelles, chez elle, mais aussi ailleurs, avec tout ce que ça implique comme retraitement des déchets.
:cash: :cash: :cash: :cash: :cash: :cash: :cash:

De belles perspectives visionnaires et faciles à mettre en place, à la condition de museler la gueule de ceux qui ne veulent pas! :whew:

Seule solution : le peuple! ...Et on va faire appel à lui! ;)
Appropriez-vous la signature du Monde en Chantier
Image


Le bon sens, c'est la direction que l'on prend si elle va là où on veut aller.


L'amitié entre les peuples concerne les peuples, l'amitié entre les Etats concerne leurs victimes.

Retourner vers « Ecologie »