Faut-il lire et commenter Le Manifeste ?

antoinejean
Terrassier
Terrassier
Messages : 18
Enregistré le : sam. 27 déc. 2008, 13:33

Faut-il lire et commenter Le Manifeste ?

Message par antoinejean » mar. 28 sept. 2010, 07:52


Avatar du membre
Técé
Administrateur
Administrateur
Messages : 3040
Enregistré le : ven. 16 janv. 2009, 14:03
Localisation : Au soleil

Re: Faut-il lire et commenter Le Manifeste ?

Message par Técé » mar. 28 sept. 2010, 11:17

Bonjour,

C'est surtout particulièrement gauchisant. Je dirais presque marxiste. :mrgreen:

Il y a du vrai dans ce qui est dit, mais aussi --et surtout-- beaucoup d'intérprétation. De la vision essentiellement gauchiste de la situation. Pourtant, ce qui arrive aujourd'hui en termes de retraite française ou d'augmentation des dettes nationales provient bel et bien de l'augmentation du nombre de fonctionnaires.

Mitterrand à doublé le nombre de fonctionnaires, faisant exploser le budget de l'Etat et grimper les impôts (contrairement à ce qui est dit dans l'article), il a donné la retraite à 60 ans...20 ans plus tard la France se réveille, confrontée durement au mur de la réalité. Comme c'est un pays riche (le plus riche du monde en fait), elle s'en relèvera, mais pas sans sacrifice ni retour en arrière.

Nous avons là le plus bel exemple que ce qui est dit dans l'article est faux.

Autre exemple concret avec le canton de Neuchâtel, qui est celui où les impôts sont le plus élevés en Suisse (ou en avant-dernière position, au mieux) et où les ménages ont le plus faible pouvoir d'achat, du moins est-il en queue de peloton. Il est certain qu'il se vend bien plus de Mercedes à Zug ou Zürich qu'à Neuchâtel, ça c'est clair. Or, les impôts payés par le vendeur de la voiture sont bien plus élevés sur une Mercedes que sur une Peugeot. IL en va de même pour les frais d'entretien. Et ça d'autant que le neuchâtelois aura une fâcheuse tendance à aller acheter sa Mercedes à Zürich, d'occasion, moins chère que sur place, parce que les zürichois sont moins sensibles financièrement à la valeur de leur Mercedes. Donc c'est encore le garagiste de Zürich qui va payer des impôts et le canton de Neuchâtel qui va voir sa fortune s'en aller. Une fois de plus, c'est le résultat d'une politique orientée gauche par la minorité gauchiste qui a tenu le social durant des années, face à une majorité Radical, qui pratiquait tranquillement une politique de petits copains. Mais c'est aussi la démonstration que la baisse du pouvoir d'achat entraîne tout un reliquat de conséquences allant de la diminution de la masse fiscale jusqu'à la fuite de capitaux.

Le social, clairement, apporte une dynamique à l'Etat qui le pratique largement. Mais encore faut-il le donner à bon escient. Dans le cas de la France, par exemple, on a basé sa croissance économique sur la démographie en pratiquant une politique favorable à la famille. Sur une face, on avait de plus en plus de bras pour contribuer à produire les biens technologiques français....donc de plus en plus d'ouvriers dans la rue à réclamer des avantages, jusqu'à connaître la situation ubuesque actuelle dans laquelle l'ouvrier détient littéralement le pouvoir. Sur une autre face, nous avions de plus en plus d'exclus, donc de coûts sociaux, qui absorbent les rentrées complémentaires assurées par le fait qu'on a augmenté le pouvoir de production. Sur une autre face, on a largement dépassé la capacité d'autosuffisance agricole et il a fallu commencer à payer à prix de plus en plus cher des produits venus d'ailleurs pour nourrir toute cette populace qui augmentait la production et dont l'argent supplémentaire engrangé ne suffisait plus à importer la bouffe nécessaire, d'autant que ces revenus étaient déjà bien entamés par les coût sociaux. Etc...etc...etc....

Le seul point global avec lequel je suis inconditionnellement d'accord avec cet article est que notre situation actuelle est issue du neo-liberalisme.

Seulement il faudrait prendre en compte des tas d'autres paramètres. Le néo-libéralisme n'est pas keynesien, contrairement à ce que prétend l'article (je préconise de s'intéresser de plus près aux théories de Keynes sur le sujet). Bien au contraire, Keynes, qualifié "d'inventeur de la macroéconomie" est le plus grand instigateur de l'interventionnisme d'Etat, ennemi juré du néo-libéralisme. Personnellement, je suis keynesien , à n'en pas douter. Le capitalisme, en tant que tel, n'est pas responsable de ce qui s'est produit. Il est, par exemple et entre autres choses, à l'origine du social. Après les grandes grèves ayant obligé le patronat à plier devant les droits élémentaires aux congés, la retraite, les vacances, le chômage, etc... le capitalisme souffrait d'une instabilité de l'emploi. Le patron n'avait plus les mêmes armes contre l'ouvrier pour le maintenir en place. Alors il a fallu agir autrement pour parvenir à un développement économique. Pour ça, il fallait que tout individu en soit acteur. Un chômeur qui perçoit une aide, ou un assisté social, sont bien plus acteurs économiques que n'importe quel mendiant ou clochard dans la rue, bien évidemment. Ce qui a engendré tout un nouveau marché, un nouveau credo politique, une nouvelle tendance économique, une nouvelle dynamique morale.

Ce ne sont que quelques points à prendre en compte, que les socialistes évitent très soigneusement et systématiquement, et quand on prend en compte rien que ces quelques points, on voit très vite que tout s'enclenche proprement et sans heurts.

A noter : La France est bien loin d'être surendettée et pour les USA, la situation est bien différente. Dette ou pas dette, ils ont les accords de Bretton Woods, ce que j'appelle depuis toujours "les accords de fin du monde" dans lesquels Keynes est intervenu pour les modérer autant que possible.

Voilà qui devrait répondre à la question dans le titre? :lol:
Appropriez-vous la signature du Monde en Chantier
Image
Le bon sens, c'est la direction que l'on prend si elle va là où on veut aller.
L'amitié entre les peuples concerne les peuples, l'amitié entre les Etats concerne leurs victimes.

Avatar du membre
LaFiLLeDuPèReNoëL
Financier
Financier
Messages : 1130
Enregistré le : dim. 30 nov. 2008, 16:00
Localisation : Juste ici!

Re: Faut-il lire et commenter Le Manifeste ?

Message par LaFiLLeDuPèReNoëL » mer. 29 sept. 2010, 22:04

Pourquoi faudrait-il le commenter ou pas? Pourquoi cette question, Antoinejean? Une dissert en perspective,, hum? :giggle:
Image

antoinejean
Terrassier
Terrassier
Messages : 18
Enregistré le : sam. 27 déc. 2008, 13:33

Re: Faut-il lire et commenter Le Manifeste ?

Message par antoinejean » jeu. 30 sept. 2010, 08:46

Je vois qu'on ne peut rien vous cacher madame. :swaeting: Il faut dire qu' avec votre nom vous devez avoir des pouvoirs spéciaux ?

Avatar du membre
Técé
Administrateur
Administrateur
Messages : 3040
Enregistré le : ven. 16 janv. 2009, 14:03
Localisation : Au soleil

Re: Faut-il lire et commenter Le Manifeste ?

Message par Técé » jeu. 30 sept. 2010, 09:13

Il faut dire qu' avec votre nom vous devez avoir des pouvoirs spéciaux ?
Vous n'imaginez pas à quel point! :lol:
Appropriez-vous la signature du Monde en Chantier
Image
Le bon sens, c'est la direction que l'on prend si elle va là où on veut aller.
L'amitié entre les peuples concerne les peuples, l'amitié entre les Etats concerne leurs victimes.

Avatar du membre
LaFiLLeDuPèReNoëL
Financier
Financier
Messages : 1130
Enregistré le : dim. 30 nov. 2008, 16:00
Localisation : Juste ici!

Re: Faut-il lire et commenter Le Manifeste ?

Message par LaFiLLeDuPèReNoëL » jeu. 30 sept. 2010, 21:39

...; bon, d'accord, je vais le lire... pffffouh! :tmi: ... c'est sacrément long, demain je vais être de pas bonne, pour changer.... :mrgreen:
Image

Répondre

Retourner vers « Politique »