Google, les chinois et les droits de l'homme

Avatar du membre
Jilano
Architecte
Architecte
Messages : 777
Enregistré le : sam. 15 août 2009, 12:57
Localisation : Behind the moon
Contact :

Google, les chinois et les droits de l'homme

Message par Jilano » jeu. 21 janv. 2010, 14:29

Google joue la carte jeunes face aux autorités chinoises



PÉKIN (Reuters) - En engageant un bras de fer avec les censeurs de l'internet en Chine, Google cherche également à compter ses soutiens parmi une jeune génération branchée et connectée, mais tiraillée entre patriotisme et soif de liberté.

L'issue de cette querelle pourrait ainsi dépendre du parti que choisiront ces internautes chinois âgés d'une vingtaine ou d'une trentaine d'années, leur aspiration à davantage de liberté d'expression et d'accès à l'information pouvant peser sur la réaction de Pékin.

"C'est un test. La vigueur de votre soutien à Google en Chine montre la vigueur de votre engagement pour la liberté en Chine, même si vous savez qu'au bout du compte, Google recherche avant tout les profits", estime Chen Yongmiao, militant chinois dont le site internet a été censuré par les autorités.

Le géant californien a engagé les hostilités en menaçant la semaine dernière de fermer son portail internet et ses activités dans le pays. Se disant victime d'une cyberattaque coordonnée et "très sophistiquée", il a affirmé ne plus vouloir subir la censure des autorités sur les résultats fournis par son moteur de recherche.

Mais Pékin n'a montré aucun signe d'infléchissement de sa politique de contrôle, faisant valoir que le pays était prêt à accueillir les compagnies étrangères qui contribuent au développement d'internet à condition qu'elles se conforment à la loi.

Selon la dernière enquête de Pékin concernant la Toile, 60,4% des 384 millions d'internautes chinois ont entre 10 et 29 ans, une population que Google ou même l'administration Obama aimeraient volontiers rallier à leurs causes.

Ainsi Barack Obama a-t-il choisi de s'adresser aux internautes chinois lors de sa visite en Chine en novembre, déclarant être un "farouche partisan de la liberté d'utilisation de l'internet" lors d'une rencontre avec des étudiants de Shanghai retransmise en direct sur le web.

BATAILLE INDÉCISE

Mais même si les Chinois qui ont la vingtaine ou la trentaine montrent plus de soif de liberté et de griefs à l'égard du gouvernement que d'autres catégories d'âge, ils sont en même temps très patriotes et frileux concernant le changement politique, montrent de récents sondages.

Le quartier universitaire de Zhongguancun, dans le nord-est de Pékin, résume à lui seul l'indécision de la bataille qui se joue.

Les étudiants, demandeurs d'emplois et professionnels des nouvelles technologies qui cohabitent dans ce quartier - où Google possède d'ailleurs son siège chinois - ont accueilli la menace d'un retrait avec un mélange d'admiration et de méfiance qui s'est répandu sur les forums en ligne.

"Je pense que c'est admirable de la part d'une société de sacrifier ses bénéfices au nom d'une idée", juge Liu Wei, un comptable de 29 ans aux lunettes à larges montures et cheveux coupés avec soin.

"Pourquoi ne peut-on pas critiquer notre propre gouvernement si on souhaite le faire ? Pourquoi ne pas pouvoir choisir ce que nous voulons lire sur internet ?"

"C'est parce que la Chine est différente !", le coupe sa petite amie Sun Jingying, frêle étudiante de 26 ans.

"Il y a des choses dans ce pays que nous devons simplement accepter", ajoute-t-elle, indiquant néanmoins qu'elle serait triste que Google quitte la Chine. "J'adorerais travailler pour eux", souffle-t-elle.

Mais une partie de la jeunesse chinoise n'hésite à dénoncer ce qu'elle considère comme une marque de la présomption occidentale.

"Si (Google) ne peut pas gérer le piratage et la censure, c'est leur problème", juge un technicien informatique en route vers son cours de gymnastique, non loin du siège de Google. "Chaque pays a ses propres restrictions sur internet, donc il est naturel pour nous d'avoir les nôtres, et si nous voulons les modifier, ce sont nos affaires."

Une opinion que partage Su Xin, jeune diplômé en ingénierie aéronautique: "Je crois que nous devons accepter quelques restrictions au nom de la stabilité."
Beyond Dream and reality

Avatar du membre
LaFiLLeDuPèReNoëL
Financier
Financier
Messages : 1141
Enregistré le : dim. 30 nov. 2008, 16:00
Localisation : Juste ici!

Re: Google, les chinois et les droits de l'homme

Message par LaFiLLeDuPèReNoëL » jeu. 21 janv. 2010, 19:00

Mon avis, Google n'a pas à censurer ni contrôler le piratage, c'est le problème de chacun s'il souhaite un tant soit peu de liberté.

Intéressant.
Image

Avatar du membre
Jilano
Architecte
Architecte
Messages : 777
Enregistré le : sam. 15 août 2009, 12:57
Localisation : Behind the moon
Contact :

Re: Google, les chinois et les droits de l'homme

Message par Jilano » jeu. 21 janv. 2010, 19:09

Le problème de chacun ?


En chine il y en a certains qui trouve ça normal !
Ils ne savent pas ce que sont les droit de l'homme et du même coup pensent que leurs situation est très bien comme elle est... Normale...


La normalité, c'est pas universel, pas une généralité.
Prenons l'exemple d'un gosse...

Un gosse tu peux lui raconter tout ce que tu veux... il prendra ça comme une vérité.
Plus tard il se rendra compte par lui même des mensonges qu'on lui a insufflé...
mais jusqu'à ce moment il croit ce qu'on lui a dit.

c'est un peu pareil, les chinois vivent comme ça depuis longtemps et c'était encore pire avant...
La vrai liberté, les droits de l'hommes, ils n'en connaissent pas la totale mesure, loin de là.
Beyond Dream and reality

Avatar du membre
Técé
Administrateur
Administrateur
Messages : 3046
Enregistré le : ven. 16 janv. 2009, 14:03
Localisation : Au soleil

Re: Google, les chinois et les droits de l'homme

Message par Técé » jeu. 21 janv. 2010, 23:11

Disons que ce que ce que je reproche aux chinois, c'est de vouloir contrôler le discours politique.

Pour le reste, étant d'avis qu'internet doit être contrôlé, moi ça ne me gêne pas! Les pornographes, pédophiles, tueurs à gages, trafiquants en tout genre et autres vermines du même acabit, ne sont pas des dissidents.

Donc Pékin n'aurait qu'à assouplir un peu sa politique de restriction du droit à la parole sur le sujet de la politique et voilà, tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Internet va trop loin, les chinois l'en empêchent, pris comme ça, c'est déjà moins mal.

Après, les Droits de l'Homme...tu parles! Dans tes rêves que ça existe ça... ;)
Appropriez-vous la signature du Monde en Chantier
Image
Le bon sens, c'est la direction que l'on prend si elle va là où on veut aller.
L'amitié entre les peuples concerne les peuples, l'amitié entre les Etats concerne leurs victimes.

Avatar du membre
Jilano
Architecte
Architecte
Messages : 777
Enregistré le : sam. 15 août 2009, 12:57
Localisation : Behind the moon
Contact :

Re: Google, les chinois et les droits de l'homme

Message par Jilano » ven. 22 janv. 2010, 13:34

J'ai dit que ça existait moi ?



Du bétail voila ce que sont les hommes...
Les moins cons sont les bergers...

Et puis après ya les loups mais ça c'est autre chose ( j'en connais :mrgreen: )
Beyond Dream and reality

Avatar du membre
Técé
Administrateur
Administrateur
Messages : 3046
Enregistré le : ven. 16 janv. 2009, 14:03
Localisation : Au soleil

Re: Google, les chinois et les droits de l'homme

Message par Técé » ven. 22 janv. 2010, 14:04

Là nous sommes d'accord...

Alors, tu vois, les chinois ne sont pas si pires que ça.

Parce que je te ferai remarquer qu'en Chine, la peine pour un fonctionnaire qui tombe pour corruption c'est...la peine de mort! Ce qui me semble très équitable et ne franchit en rien les Droits de l'Homme puisqu'un pourri, ayant renoncé de lui-même à son statut d'Homme, peut être détruit puisqu'il n'est plus ni vivant ni mort, il est, c'est tout!

...Et, pour le privé, c'est 10 ans de prison, pour le moins. Quand un patron chinois se fait prendre pour corruption, il préfère se suicider plutôt que d'attendre sa peine tant ce qui l'attend est vache.

Donc la Chine n'a pas que des inconvénients. ;)

Depuis Tian-an-Men elle s'ouvre. Lentement, mais elle a déjà passablement évolué. On ne fait pas évoluer un pays d'un milliard et demi d'âmes et 5'000 ans d'histoire sortant de 70 ans de communisme comme si on décidait de remplacer les livres d'histoire ou d'instruction civique dans les collèges français. Toutes les institutions, toutes les formations, doivent être adaptées, remodelées, ce que la France, par exemple, s'avère incapable de faire alors même que les changements sont bien moindre que les changements chinois qui eux sont radicaux.

Il faut aussi changer les opinions, donc former les élèves différemment dans les écoles publiques, les "formater" différemment pour qu'ils acceptent de vivre dans une autre societé, très différente de celles que leurs parents ont connue.

Tu ajoutes à ça le fait que la Chine va se retrouver très bientôt être le pays le plus vieux de la planète avec un taux de retraités de près de 80%, un désastre économique dans le but d'un réequilibrage démographique. S'ils inculquent les mêmes idées dans l'esprit des gens que celui qu'on a mis en France...ils se retrouveront dans le même état d'esprit que celui prévalent en France, c'est-à-dire que de faire des gosses est un droit!

Donc....changement, oui! Mais lentement, sans trop heurter l'opinion publique et en obligeant les réfractaires à l'accepter, quittes à être sadiques.

Ne pas s'y tromper, à échelle démographique, 30 ans, 50 ans, 100 ans, sont des périodes ridiculement faibles. ;)
Appropriez-vous la signature du Monde en Chantier
Image
Le bon sens, c'est la direction que l'on prend si elle va là où on veut aller.
L'amitié entre les peuples concerne les peuples, l'amitié entre les Etats concerne leurs victimes.

Répondre

Retourner vers « Politique »