Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

madame Adonis
Architecte
Architecte
Messages : 880
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » sam. 02 mars 2019, 15:25

Ahh… j'adore ces samedis de gilets jaune à Paris, samedi prochain si on me ramène ma voiture (elle est en traitement depuis trois semaines pour changer un rétro :lol: ) je récupère mon gilet jaune pour regarder BFM TV toute la journée car c'est trop sympa :D Faut dire que je suis une ancienne piétonne parisienne et les champs je les connais pour les avoir descendus et remontés tous les jours pendant quatre longs mois d'hiver. Je venais du Pont de Sèvres et sortais tous les soirs du métro au rond point Franklin D. Roosevelt pour rejoindre la place de la Concorde et mon travail au Crillon - oui, je travaillais au Crillon, vous pouvez me croire, - et j'y prenais même me repas du soir vers 22 heures :D Enfin bon, passons car là, je voulais parler de mon bonheur de marcher dans Paris pendant presque 7 ans, pas de la cuisine chic des palaces parisiens. Oui, j'ai marché partout dans Paris et cela vous fera comprendre mon plaisir à vivre un peu les gilets jaunes que je soutiens moralement de tout mon cœur !

Je ne reconnaîtrais probablement plus beaucoup de stations de métro parisien mais certaines stations abandonnées sont ou vont être transformées, à voir ici : https://www.demainlaville.com/metro-une ... -fantomes/ pour les " « cataphiles » aventureux, amoureux des catabombes et autres souterrains parisiens. Certains d’entre eux y organisent même des fêtes en petit comité !"

Et là on va trouver Franklin :

https://www.skyscrapercity.com/showthre ... 8&page=186

http://cartes-postales-en-series.e-mons ... -le-metro/

madame Adonis
Architecte
Architecte
Messages : 880
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » dim. 17 mars 2019, 17:58

par question de lire au jardin puisqu'il y neige comme à Noël :)))

Par contre on peut toujours lire sur internet et s'imaginer être ailleurs, bien loin et alors un peu de lecture ne fait pas de mal surtout si elle fait voyager de par le monde:

Une Journée au Café Florian
Paul de Musset, le frère d'Alfred, complète le tableau en décrivant les variations d'atmosphère au long de la journée dans les cafés de la Place Saint-Marc :

« Pendant l'été, les dames viennent s'asseoir sur des chaises devant les deux établissements de Florian et de Suttile, pour écouter la musique de la garnison, qui donne concert de huit à dix heures du soir.

On trouve là toute la société réunie par groupes.

On va de l'un à l'autre ; on s'assied près de qui l'on veut, aussi longtemps qu'on le désire, et l'on cause en prenant des glaces.

[…] A dix heures, l'aspect du salon se modifie : l'orchestre enlève ses pupitres et rentre à la caserne ; les dames se retirent peu à peu, la foule s'écoule lentement.

[…] On reconnaît alors ces amateurs de la vie nocturne qui semblent détester le lit ; pour eux les cafés restent si bien ouverts qu'on eu supprime les portes depuis. La Fête-Dieu jusqu'à la Toussaint ; pour eux les garçons veillent à tour de rôle.

A minuit on mange et on cause; à trois heures du matin on bavarde encore; enfin, à quelque heure de la nuit que, vous descendiez à Saint-Marc, vous y trouvez des gens attablés, des promeneurs, des mangeurs de glace, des joueurs d'échecs, et surtout des flâneurs oisifs, qui ne font rien, ne s'ennuient jamais, et restent là, parce qu'ils s'y trouvent bien. »
Paul de Musset - Voyage Pittoresque en Italie 1855
… et on peut continuer ici : https://www.e-venise.com/cafe_florian_v ... tution.htm

( mon dieu, mais c'est quoi tous ces mistères avant de partir dans les pays chauds ? des risques politiques ? d'accord pour les images trop grosses, trop pesantes mais je ne comprends rien, plus rien à rien... des effets délétaires de Venise ? La sérénisime serait-elle pleine de maléfismes ? ) :(( on prendrait des risques en visitant Venise '

madame Adonis
Architecte
Architecte
Messages : 880
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » ven. 05 avr. 2019, 00:01

Tennessee Williams: Un tramway nommé désir La chatte sur un toit brûlant
"Brick : Je n'ai pas l'intention de demander le divorce. Et ça me soulagerait que tu prennes un amant.

Margaret : Je ne veux pas prendre des risques. Je préfère rester sur ce toit de tôle brûlant...

Brick, se levant : Ce n'est pas très confortable.
(Il se met à siffler doucement.)

Margaret : Non, mais j'y resterai aussi longtemps qu'il le faudra.

Brick : Pourquoi ne me quittes-tu pas ?
(Il siffle)

Margaret : Je n'en ai aucune envie. (Brick est face à la porte au premier plan. Au loin, trois cris de faucon. Au fond, Grand-Père traverse la pelouse de droite à gauche suivi de Grand-Mère qui chantonne "She came to my window". Grand-Père fume un gros cigare dont elle écarte la fumée en agitant son mouchoir. Ils disparaissent. Margaret va à la porte au fond à droite. Margaret à Brick.) D'ailleurs, pour divorcer, il faut beaucoup d'argent et tu n'as pas un sou. (Elle traverse la chambre et rejoint Brick.) Tu n'as que ce que ton père te donne et ce n'est guère. S'il mourait demain...
(Elle remonte vers la porte du fond.)

Brick, s'assied sur la marche de la véranda : Mais pourquoi mourrait-il ? Maman vient de nous dire qu'il n'avait rien.

madame Adonis
Architecte
Architecte
Messages : 880
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » ven. 05 avr. 2019, 00:02

Le printemps romain de Mrs Stone de Tennessee Williams
« Je dérive, je dérive », se répétait Mrs Stone. Elle errait à travers l'appartement. Elle regarda la solitude immaculée du lit. La solitude immense. Très calme, elle épiait le silence avec une telle intensité qu'elle entendit sonner la pendule de la pièce voisine. Le temps dérivait à son tour. Et le sommeil. Le sommeil s'en allait à la dérive au-dessus de la ville ancienne.
Elle regarda par la fenêtre, fit quelque pas sur la terrasse. Le ciel lui-même allait à la dérive. Rien d'autre n'existait que cette dérive infinie du temps et des êtres. »

madame Adonis
Architecte
Architecte
Messages : 880
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » ven. 05 avr. 2019, 00:07

Tennessee William:
[...]" men don't want anything they get too easy. But on the other hand men lose interest quickly. Especially when the girl is over - thirty."

madame Adonis
Architecte
Architecte
Messages : 880
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » dim. 07 avr. 2019, 14:58

Nationalité : Islande
Né(e) à : Laugaland, Vestfirdir , le 13/10/1908
Mort(e) à : Reykjavik , le 25/05/1958
Biographie :

Aðalsteinn Kristmundsson ( de son vrai nom) est né dans la région des fjords de l’ouest, à Laugaland. Il est le quatrième enfant d’un ouvrier agricole. Adolescent, il rencontre le poète Stefán frá Hvítadal, et deviennent amis.
De 1925 et 1926, Steinarr fréquente l’école de Núpur , et il s' installe définitivement à Reykjavík en 1956.
Il découvre sa vocation de poète en effectuant la tache de gardien de phare à Reykjanes durant cinq mois.
Le magazine Lögrétta publiera son premier poème en 1931, un an plus tard il prends son nom de plume, Steinn Steinarr.
Puis devenu communiste, il écrit dans le magazine engagé « Réttur ». Mais, en 1956, de retour d'un voyage effectué en URSS, il renie cette cause qu'ilil appelle « social fascisme ».
Le 10 juillet 1948, Steinarr épouse Ásthildur Kristín Björnsdóttir.
Il cesse alors de publier de nouveaux recueils.

Ljóð (Chant), 1937 ; Rauður loginn brann (La flamme rouge brûlait),1934 ; Spor í sandi (Traces de pas dans le sable), 1940 ; Tíminn og vatnið (Le temps et l'eau),1948
+ Voir plus


Source : http://is.wikipedia.org/wiki/Steinn_Steinarr


" ( Steinn Steinarrr, dans Le temps et l’eau, pages 64,65)

Je tourne en rond
autour de tout ce qui est
Et dans ce cercle
est ton monde.

Mon ombre est tombée un instant
Sur le carreau de la fenêtre.
Je tourne en rond
Autour de tout ce qui est.
Et hors de ce cercle
Est mon monde "
"Bats doucement, ô mon cœur

et ne crains pas les sombres ténèbres.

Dans le soleil et la vive clarté

le printemps va de nouveau t’apparaître.

Et le parfum des roses rouges

va monter des tombes des morts.

La misère des faibles et des indigents

va céder devant tout cela.



Par la clarté des longs jours

il est doux d’aller son chemin

soleil et printemps sur les joues

dans cette éclatante douceur.

Alors s’élèvent des tréfonds

l’herbe des prés et les buissons.

Celle qui t’aima une fois,

t’aime de nouveau, peut-être. " Dans Le temps et l'eau... oui, je crois que ça vaut le coup de lire Steinn_Steinarr :)

madame Adonis
Architecte
Architecte
Messages : 880
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » dim. 07 avr. 2019, 15:22

… - et comme aujourd'hui avec le froid et la pluie j'ai tendance à m'ennuyer je retrouve des vieux trucs oubliés depuis des décennies :

« « Je me demande parfois si nous ne sommes pas nés simplement
pour admettre une bonne fois le fait que
nous allons mourir. Et pourtant, dans l’intervalle
de ce dilemme injuste, il y a notre vie. » (dans la bouche d’Ismène, monologue, de Yannis Ritsos)

https://www.franceculture.fr/emissions/ ... s-ritsos-0

www.khroma.eu/IsmeneDossierComplet.pdf

madame Adonis
Architecte
Architecte
Messages : 880
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » lun. 08 avr. 2019, 18:25

"« Céphale m’aperçut, il me salua et me dit : Ô Socrate, tu ne viens guère souvent au Pirée ; tu as tort. Si je pouvais encore aller sans fatigue à la ville, je t’épargnerais la peine de venir ; nous irions te voir ; mais maintenant, c’est à toi de venir ici plus souvent. Car tu sauras que plus je perds le goût des autres plaisirs, plus ceux de la conversation ont pour moi de charme. Fais-moi donc la grâce, sans renoncer à la compagnie de ces jeunes gens, de ne pas oublier non plus un ami qui t’est bien dévoué.
Et moi, Céphale, lui répondis-je, j’aime à converser avec les vieillards. Comme ils nous ont devancés dans une route que peut-être il nous faudra parcourir, je regarde comme un devoir de nous informer auprès d’eux si elle est rude et pénible ou d’un trajet agréable et facile. J’apprendrais avec plaisir ce que tu en penses, car tu arrives à l’âge que les poètes appellent le seuil de la vieillesse [13]. Hé bien, est-ce une partie si pénible de la vie ?
comment la trouves-tu ? » au début de La République de platon

C'est àlire ou à relire La République... :)

madame Adonis
Architecte
Architecte
Messages : 880
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » lun. 08 avr. 2019, 18:28

" viens
Si tu trouves le temps
Et si tu ne trouves pas le temps
Viens quand même


Comme dans les mains
Jaillit la force
Comme dans les artères
Coule le sang
Comme les flammes douces
Dans l'âtre
Viens

" Viens comme après la pluie
à l'acacia poussent
De tendres épines

Jours
Envolés
Promesses
Evanouies
Viens

Viens comme après le mardi
Arrive le mercredi
Viens

madame Adonis
Architecte
Architecte
Messages : 880
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » lun. 08 avr. 2019, 19:24

"Je rêve d'un texte susceptible de multiplier les espaces de ma « vie, de me donner la même sensation de liberté que j'avais, enfant, en lisant Jules Vernes et Alexandre Dumas, et que j'éprouve à la lecture d'Eckermann. « V. Alexakis "



et : "« Me voilà si vieille ! Je me figure que je ne peux qu’ennuyer les autres et qu’on ne peut me tolérer que chez moi. » George Sand le 8 septembre 1871 à Gustave Flaubert depuis Nohant " … ;)

madame Adonis
Architecte
Architecte
Messages : 880
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » mer. 10 avr. 2019, 14:28

" Les séances de signature en librairie auxquelles je participais à mes débuts attiraient surtout des étudiantes . Vingt ans plus tard , elles étaient fréquentées majoritairement par des enseignantes. Aujourd’hui elles rassemblent essentiellement des dames aux cheveux blancs . Mon public a atteint l’´âge de la retraite, c’est normal , cela fait quarante ans que j’ecris . Il arrive cependant qu’une très jeune femme me demande une dédicace
- C’est pour ma grand-mère, précise - t - elle . Elle vous aime beaucoup ." Vassilis Alexakis dans l'enfant grec

madame Adonis
Architecte
Architecte
Messages : 880
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » sam. 13 avr. 2019, 10:24

"Je pense que je ne connaîtrai jamais les hommes chauves-souris. Il est d'autres voyages que j'aimerais entreprendre et que, faute de temps, je ne ferai probablement jamais. Je commence à prendre congé des pays que je n'ai pas visités, des hommes que je n'ai pas rencontrés. *

Vassilis Alexakis dans "La langue maternelle"

madame Adonis
Architecte
Architecte
Messages : 880
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » sam. 13 avr. 2019, 19:06

" Rien ne me parait plus nécessaire aujourd'hui que de découvrir ou redécouvrir nos paysages et nos villages en prenant le temps de le faire. Savoir retrouver les saisons, les aubes et les crépuscules, l'amitié des animaux et même des insectes, le regard d'un inconnu qui vous reconnait sur le seuil de son rêve. La marche seule permet cela. Cheminer, musarder, s'arrêter où l'on veut, écouter, attendre, observer. Alors, chaque jour est différent du précédent, comme l'est chaque visage, chaque chemin.

Ce livre n'est pas un guide pédestre de la France, mais une invitation au vrai voyage, le journal d'un errant heureux, des Vosges jusqu'aux Corbières, au coeur d'un temps retrouvé. Car marcher, c'est aussi rencontrer d'autres personnes, et réapprendre une autre façon de vivre. C'est découvrir notre histoire sur le grand portulan des chemins. Je ne souhaite rien d'autre, par ce livre, que de redonner le goût des herbes et des sentiers, le besoin de musarder dans l'imprévu, pour retrouver nos racines perdues dans le grand message des horizons."
Dans Chemin Faisant de Jacques Lacarrière

madame Adonis
Architecte
Architecte
Messages : 880
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » sam. 13 avr. 2019, 19:12

" On connaît le calendrier établi par certains savants : si l’on faisait tenir l’histoire de la vie sur Terre dans la durée d’une seule année et que la vie débuté le 1er janvier, les premiers vertébrés marins surgiraient fin juillet, les premiers mammifères fin octobre. L’ère tertiaire débuterait le 13 décembre, l’ère quaternaire le 31 décembre. Quant à l’homme, le Pithécanthrope naît vers 17h30, l’Homo sapiens vers 23h50, l’époque néolithique commence à 23h54 et l’âge de bronze à 23h59. Il ne reste plus qu’une minute pour toute l’histoire de notre civilisation ! Nous ne sommes donc qu’au tout début de notre évolution et, loin d’être des créatures achevées, comme le croient et comme le proclament les principales religions, nous ne sommes qu’une esquisse ou qu’un brouillon d’homme, un être encore inabouti, un bipède simplement ébauché.

Dans "un jardin pour mémoire " De Jacques Lacarrière

madame Adonis
Architecte
Architecte
Messages : 880
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » sam. 13 avr. 2019, 21:09

Séquence nostalgie :)



"Premier recueil de Claude Morenas
par Pierre Seghers

En 1976, Claude Morenas publie à compte d’auteur son premier recueil de poèmes.
Pierre Seghers rédige alors pour cet ouvrage la préface suivante, laquelle pourrait convenir à chacun de ses livres :

- La vie, la précieuse vie,
- Survivre dans ce merveilleux jardin,
- Livre d’Heures pour un quotidien positif),
et aussi à celui qu’elle prépare actuellement...


Quelques mots à propos de Claude Morenas …

Lois des villes, de leurs rumeurs et de leurs modes, loin du bruit, au bout de chemins qui paraissent perdus et qui, pour citer Claude Morenas, « tâtent les chairs pulpeuses de l’invisible », là-bas, là-haut, entre Céreste et Oppède, à cheval sur la Motte d’Aigues et le Calavon, dramatique est le Luberon.

C’est un pays de roches et d’orages, râpé jusqu’à l’os par les vents, une longue crête noire du Haut Vaucluse, au- dessus des forêts de chênes verts et de mélèzes. On y accède par d’étroites petites routes ravinées qui contournent des éboulis dégringolant dans les vallées. Pays de combes et de maquis, pays-refuge, pays sévère. Au ras du sol, l’iris sauvage à courte tige y frémit et, plus avant dans la saison, sur les plateaux, les lavandes, comme de grands châles mauves et violets bourdonnent d’abeilles. Si la limpidité de l’air est ici sans égale, une sorte d’intensité profonde, d’énergie tellurique s’y ressentent, mystérieuse défense d’un pays de « bories », et de forêts de cèdres. Le mistral et le vent d’Ouest, la « marinade », y écartèlent assez souvent des arbres centenaires. Avis aux « résidences secondaires » : la foudre y est soudaine, et le tonnerre peut faire peur.

Le Luberon est VRAI et sa rigueur a grande allure. Ceux qui ont choisi d’y vivre dans des maisons anciennes et sauvages, des maisons qui ont « vu neiger » comme on dit, ceux-là portent en eux une exigence, celle d’aller jusqu’au bout d’eux-mêmes et de retrouver non pas un paradis perdu mais l’essentiel, un essentiel quotidien, fait de travaux, de silence et de méditation. En même temps que les ravines et les sentiers, ils relèvent le cadastre de leur réalité profonde, maintenue en eux depuis toujours. Une vie comme une haie de ronces, avec ses épines et ses mûres, un long temps d’existence faite d’indépendance, une vie d’amour fou, de passion et de saisons vécues.

Sous la main, sous les yeux du poète, dans la grande cuisine de « Regain » - la vieille maison, à moitié grotte creusée dans le roc, est suspendue en à-pic au-dessus d’un torrent, la haute crête, en face, accroche les nuages- le feu et les cuivres, les confitures dans les pots, l’accueil et le vin brillent comme un La Tour. Depuis trente ans, Claude Morenas vit là auprès de François Morenas à qui l’on doit le balisage le plus précis, le plus vivant aussi, des sentiers et des parcours de ce pays magique :

Ma sauvagine, mon homme des bois
mon courre-la–colline
mon trousse-genêts
mon rebrousse-buisson

tel est l’homme pour qui le poète invente des mots de fleur sauvage.

Au –delà des murs de « Regain », et des cimes de calcaire gris qui barrent l’horizon, le monde intérieur du poète rejoint le vaste monde. Peut-être vivons-nous dans des enclos dont nous avons planté les pieux ? La liberté y est totale, les contraintes quotidiennes aussi, qui n’empêcheront jamais l’homme de vouloir aller jusqu’au bout. Longue marche, soliloque et dialogue, une femme qui est peintre et poète dit alors une quête permanente qui retrouve celle de Gauguin à Tahiti : « D’où venons- nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? » Par un hymne à la vie, le poète ici répondra.

Poèmes de pluies et de vents, de vie et d’amour, où le silence même est vrai et somptueuse la poussière, une énergie créatrice, sang et soleil, honneur de l’homme qui les parcourt. La vie de chaque jour, mystérieux et secret Le Nain, la vie « élémentaire » entre les rochers et les arbres, quelques amis et l’espoir qui luit « comme un brin de paille dans l’étable », la vie des choses palpables, le poète la donne à voir et à partager :

des chaudrons et des feux de bois
des tartes enfournées
et des bougies à la flamme tranquille

Seule réponse humaine, juste, faite d’honnêteté envers soi-même et de chaleur devant l’angoissante, l’éternelle question.

Il appartenait à une femme, à une irréductible, d’écrire aussi naturellement des choses graves, un au-dedans de l’au-delà, de retrouver, venus des profondeurs, les mots de tous les jours, simples et vrais.

Dans les poèmes de Claude Morenas et dans leurs marges, j’entends battre la Création.
Pierre Seghers
pour Francopolis
recherche Lilas
avril 2008

Répondre

Retourner vers « Nature »