Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

madame Adonis
Financier
Financier
Messages : 1534
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » ven. 22 nov. 2019, 20:13

allons un peu voir du côté de Colette...
"
"Je crève, entends-tu, je crève à l'idée que je n'ai que seize ans ! Ces années qui viennent, ces années de bachot, d'examens, d'institut professionnel, ces années de tâtonnements, de bégaiements, où il faut recommencer ce qu'on rate, où on remâche deux fois ce qu'on n'a pas digéré, si on échoue... Ces années où il faut avoir l'air, devant papa et maman, d'aimer une carrière pour ne pas les désoler, et sentir qu'eux-mêmes se battent les flancs pour paraître infaillibles, quand ils n'en savent pas plus que moi sur moi... "




" OH ! MES BEAUX CINQUANTE ANS !»
98
Mais alors que Colette, entre 1920 et 1926, dépeint dans ces deux livres, le naufrage de l’âge en évoquant le moment décisif où la maîtresse vieillissante se transforme en vieille femme, elle semble bien démentir, dans la vie, ce qu’elle met en scène dans la fiction. Approchant elle-même de la cinquantaine, elle adopte une position plus combattive. En 1924, elle se soumet à un traitement de rajeunissement en se faisant injecter du sang jeune par le docteur Helan Jaworski qui publie, en 1929, l’ouvrage Comment rajeunir. Pour la bande du livre, elle écrit : « Redevenir jeune, non pas. Devenir plus jeune qu’on ne l’était, oui » [33]
[33]
Cette information provient de l’ouvrage Pichois, Cl. et…
. Il faut donc agir, ruser avec l’ennemi, le combattre avec des traitements, des cosmétiques et surtout, ne pas céder aux assauts de la vieillesse qui nous talonne. La poudre de riz, le trait de Khol pour animer le regard, le bâton de raisin, la teinture aux reflets flamboyants, rien n’est de trop pour ravaler le bel édifice de la beauté féminine.

"« Elle luttait contre tous ses maux avec une élasticité surprenante, les oubliait, les déjouait, remportait sur eux des victoires passagères et éclatantes, rappelait à elle, pour des jours entiers, ses forces évanouies » [38]
[38]
Id., 275.
.

105
Colette n’oubliera jamais son incroyable « plaisir de lutter », sa « force de vie jeune et malicieuse telle qu’elle parvenait à séduire et entraîner un corps déjà à demi enchaîné par la mort » [39]
[39]
Id. 276.
.
106
Deux ans plus tard, dans La Naissance du jour (1928), elle revient sur la belle vieillesse de Sido et elle revoit dans sa mémoire celle « qui penchait, tremblante, toutes ses rides éblouies entre les sabres d’un cactus sur une promesse de fleur », cette mère aimée « qui ne cessa elle-même d’éclore pendant trois quarts de siècle ». Femme admirable, en vérité, qui ne se fana jamais, et qui dans sa vieillesse extrême, vivait comme les fleurs de son jardin, une perpétuelle éclosion, elle avait transmis à sa fille le secret du bien vieillir. Et ce fut peut-être, pour Colette, le don le plus précieux.
107
« Je la mets à part, elle, de qui me vient le don de secouer les années comme un pommier ses fleurs » [40]
[40]
Id, 624.
.

« UNE GRACIEUSE JEUNE FILLE DE QUATRE-VINGTS ANS »
108
La maturité de Colette, comme celle de George Sand, déborde d’activités et de satisfactions. Aux dires de son biographe Jean Chalon, elle « s’applique à réussir sa soixantaine. Elle veut cette décade aussi féconde que la cinquantaine qui vient de s’écouler, afin de pouvoir s’exclamer à son tour « Où sont mes bienheureux soixante ans !». Elle est une « jeune femme de soixante ans », aimée par un homme de quarante-deux ans ! [et] le délire des sens n’a pas cessé comme en témoigne la correspondance » [41]
[41]
Chalon, Jean, Op. cit.,p. 271.
. Travail, troisième mariage avec Goudeket, natation et jardinage en Provence, voyage à New York, critique théâtrale, romans, articles l’occupent tellement qu’elle ne trouve pas, elle non plus, le temps de vieillir. Avec l’avènement de la guerre, de fortes souffrances à sa hanche droite (elle avait déjà souffert d’une névrite en 1934) et les bronchites répétées l’épuisent. Atteinte d’arthrite, à partir de 1941, elle a de plus en plus de difficultés à se déplacer. À soixante-huit ans, elle écrit : « Maurice pense que j’ai toujours mes beaux cinquante ans »;« Dieu, que c’est embêtant de vieillir !». Elle sent que la santé, l’agilité et avec elles, la liberté, l’ont abandonnée.
109
Mais l’écriture, elle, ne cesse pas. Entre 1940 et 1950 se succèdent : Chambre d’hôtel, Julie de Carneilhan, Journal à rebours, Le Képi, Gigi, Paris de ma fenêtre, L’Étoile Vesper, Le Fanal bleu, pour ne citer que les plus connues.
110
Bien que sa santé se détériore de façon irréversible et que son infirmité l’oblige à passer ses journées étendue sur son divan-radeau, elle conserve ses coquetteries de jeune fille : toujours soignée, maquillée, impeccable, les ongles faits, elle porte un sobre tailleur classique et un beau foulard bleu à pois blancs. Les yeux soulignés de khol, la bouche fine et fardée de rouge, les cheveux frisés encadrant joliment son visage, elle reçoit aimablement les visites qui viennent distraire son isolement forcé. « Cher Pierre, je suis toujours alitée et je ne puis marcher, écrit-elle à Pierre Brisson, directeur du Figaro littéraire. Un jour, vous viendrez me voir. Je n’aurai pas honte devant vous, car j’ai beaucoup de cheveux et je sens bon » [42]
[42]
Cité par Jean Chalon, Op. cit, p. 398.
. Sans doute se souvenait-elle de la répulsion qu’elle éprouvait, enfant, envers les vieilles femmes du village ?


"Patience, c’était aussi la devise de G. Sand. Une patience faite de renoncements, de contraintes, de résignation, dont on s’accommode progressivement :"
htm

madame Adonis
Financier
Financier
Messages : 1534
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » mer. 04 déc. 2019, 09:41

J'ai vu le film avec Gisèle Halimi hier soir et ça a été un choc je ne savais plus à quelle période on en était dans ce film que je n'avais jamais vu car c'est un temps où je n'avais pas le temps, ou je vivais d'autres choses… Je n'ai eu un poste de télé à la maison qu'en 1975 et même alors je n'avais pas le temps de le regarder. Ce procès me laisse sous le coup je sais plus trop à quoi j'en suis ni où j'en suis, je me sens trop vieille pour repenser à tout ça car j'ai un peu échappé à tout même si je sais que si j'ai aussi pris des risques - pas comme de planter une tente n'importe où ou de me planter n'importe où, non car si j'ai vécu sans craintes particulières tout m'incitait quand même à la prudence ? J'en sais rien, je n'ai plus l'âge pour certaines choses, pour les défis de notre temps, je laisse ça à d'autres. J'ai été une femme chanceuse par certains côtés et en plein dans le mille par d'autres...Comment expliquer ça ? , impossible ! Vers la fin des années 50 j'ai souvent traversé Rome de nuit car je me faisais quelques sous en gardant le soir des gamins américains dans les grands hôtels de la capitale pendant que leurs parents sortaient s'amuser ou festoyer. Je rasais les murs pour rentrer, je pense que je devais crever de peur ? Plus tard dans les années 70 j'ai un temps traversé un quartier assez sombre de Paris vers 22 heures pour prendre mon travail. Là je ne rasais plus les murs, je me tenais plutôt côté route du trottoir… mais aller savoir pourquoi ? J'avais à cette époque quitté mon travail à l'hôpital américain car j'avais une très longue avenue à faire à pieds et comme vous ne le savez peut-être pas mais les soignantes ont souvent des horaires pas possibles. Passons, mais je sais que j'ai quitté ce travail car j'étais sûre que je risquais alors de me faire violer, les abords des hôpitaux ne sont pas surs pour les petites infirmières et ce doit être du même tabac en 2019... La prudence reste de mise !... hélas car le monde n'a pas changé d'un poil… :(

PS : j'ai oublié de vous dire que, petite campagnarde qui n'était jamais sortie bien loin de chez papa/maman en 1956 lors de mon deuxième hiver à Londres, j'ai été prise d'une grande boulimie de théâtre et de concerts classiques et que c'est dans cette ville que j'ai eu mes premières trouilles en rentrant le soir...

madame Adonis
Financier
Financier
Messages : 1534
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » mer. 04 déc. 2019, 18:20

https://www.msn.com/fr-ch/divertissemen ... spartanntp
Vous en pensez quoi vous de ces types qui vont faire les imbéciles juste pour plaire à des sponsors ? Moi j'en sais rien, je le trouve plutôt sympa Mike Horn mais il est quand même un peu zinzin à chercher tout le temps le malheur ? La prochaine fois je lui conseille la route de Saint Jacques avec une bonne cure de spiritualité, de simplicité et pas de journalistes dans tous les coins... :lol:

madame Adonis
Financier
Financier
Messages : 1534
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » mer. 04 déc. 2019, 18:39

https://www.senscritique.com/top/result ... 18/1757815

voilà les 50 meilleurs livres de 2018... Vous avez lu lequel vous ? Je n'en ai lu aucun mais peut-être que celui-là ? en tous cas le titre est beau...


L'aube sera grandiose (2017)
Livre de Anne-Laure Bondoux
Aussi présent dans :
Les livres les plus attendus de 2017

Forêt obscure (2018) ou celui-là ?
Forest Dark
Livre de Nicole Krauss

madame Adonis
Financier
Financier
Messages : 1534
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » jeu. 05 déc. 2019, 18:03

https://www.babelio.com/livres/Dantzig- ... caise/9849

Ça me plait assez ce titre, La littérature égoïste et je vais voir ce que ça donne. J'ai pas trop le moral alors il faut que je trouve des choses pour me changer les idées. En tous cas il y a de quoi lire rien qu'avec les commentaires de babelio…

madame Adonis
Financier
Financier
Messages : 1534
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » sam. 07 déc. 2019, 09:03

Ce matin j'ouvre une page concernant un écrivain que je ne connais pas mais dont on vient de me parler
Jean-Paul Dubois

et je tombe sur ce message que je relaye :
À tous nos lectrices et lecteurs en Suisse,
Nous irons droit au but : nous vous demandons aujourd'hui de protéger l’indépendance de Wikipédia. Notre existence dépend de vos dons. Ils sont en moyenne de CHF 15, mais seule une faible part de nos lecteurs verse un don. Si chaque personne qui lit ce message donnait CHF 5, cela permettrait à Wikipédia de continuer à prospérer de nombreuses années. Un don d'une somme du prix de votre café aujourd'hui nous suffit. Quand nous avons fait de Wikipédia un projet sans but lucratif, on nous avait annoncé que nous allions le regretter. Mais la commercialisation de Wikipédia serait une grande perte pour le monde. Wikipédia est un espace d'apprentissage, pas publicitaire. Cette encyclopédie réunit les passionnés du savoir : les contributeurs/contributrices, lecteurs/lectrices et donateurs/donatrices qui nous aident à prospérer. La communauté qui œuvre pour un accès illimité à des informations fiables et neutres est l’essence même de Wikipédia. Prenez un instant pour nous aider à poursuivre le développement de Wikipédia. Merci.


C'est tout ce que je peux faire en ces veilles de Noël car je suis hélas fauchée comme les blés... :D mais je le promets à Wiki qui accompagne ma vie depuis si longtemps qu'un de ces jours, je ne dis pas prochain, mais je ferai un effort … je reviendrai aussi probablement sur Jean-Paul Dubois quand j'aurai eu un aperçu de ses livres

madame Adonis
Financier
Financier
Messages : 1534
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » sam. 07 déc. 2019, 17:58

Les écritures provençales et pour commencer Henri Bosco

http://luberon.fr/luberon/culture/histo ... +4229.html

https://www.babelio.com/livres/Bosco-Le ... time/16897

sur la Provence il faut quand même que je raconte un peu car j'ai eu une vraie passion pour cette région à 20 ans et je regrette de ne pas m'y être installée car bien que j'aie vu pas mal de coins du monde je reste persuadée que la Provence il n'y a rien de mieux, de plus beau, rien !

madame Adonis
Financier
Financier
Messages : 1534
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » sam. 07 déc. 2019, 21:17

Personne ne parle sur ce forum mort mais je m'en fiche car j'ai plein de bonnes copines avec qui je peux passer des heures au téléphone alors comme ça, même isolée dans un bled archi paumé je survis à mom malheur... :mrgreen: Ce soir nous avons reparlé de notre séjour en coloc à Montréal, de nos belles années quand tout était facile… et qu'on était belles, riches, convoitées, et heureuses :lol: Vous imaginez, en coloc à la rue Sainte famille, la plus jolie rue de Montréal…

https://imtl.org/rue_montreal.php?rue=Sainte-Famille
et juste là dans cette maison à droite https://imtl.org/image.php?id=7269

madame Adonis
Financier
Financier
Messages : 1534
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » dim. 15 déc. 2019, 17:26

https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article ... 00055.html

Adieu monsieur Pivot, plus que tout autre je comprends votre départ, nous sommes en quelque sorte du même monde… :) sur le départ… alors se mettre bleu j'adore cette idée qui précède le grand départ !

madame Adonis
Financier
Financier
Messages : 1534
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » lun. 16 déc. 2019, 20:36

Petit jour blanc de Claude Morenas

http://www.barapoemes.net/archives/2015 ... 39038.html

Petit jour blanc

Petit jour blanc lumière tamisée grise comme un
éclairage de pluie le souffle régulier de François
fenêtre ouverte sur le vallon toutes les voix d’oi-
seaux éveillés parlent ensemble à qui mieux
mieux dans une cacophonie de pépiements.

Les coqs chantent le jour à l’Escudelette mais
les chiens familiers confidents de la vie quotidienne
hurlent à la mort de la vieille dame petite recroque-
villée dans son lit blanc trop grand pour elle dont
elle n’occupait déjà plus que la moitié de son vivant

La vieille mère de Fernand n’entend plus le
vacarme des oiseaux en pleine activité de nids et de
couvées ni le coq prometteur de lumière
elle ne fait plus taire les chiens

visite silencieuse où l’on entend terriblement le
silence des pendules le tic-tac du réveil l’esca-
lier à pas feutrés la défunte à l’étage réduite
à la peau parcheminée si blême sur un maigre
squelette lèvres scellées serrées les voisines
sur les chaises fronts lourds et les larmes aux
yeux de la famille

paroxysme de toutes les voix d’oiseaux chanteurs
à plein cœur sans scrupule eux n’ont pas
rôle de partager ils sont continuité avenir en-
fance de la vie en marche ils sont voix d’enfants
innocents et joyeux jeunesse sève d’eux seuls
on supporte cette exubérance comme promesse
d’éternité de la vie

livre d’heures pour un quotidien positif, aride ou exaltant,
mais jamais banal,
Edition Regain en Lubéron, 1979

madame Adonis
Financier
Financier
Messages : 1534
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » mar. 17 déc. 2019, 09:53

Ce matin un tout autre sujet m'agite car j'ai reçu un mail concernant le président Trump et son "God save America" avec un texte qui ne disait pas grand chose sauf des louanges de ce président qui semble plaire beaucoup aux chrétiens de tous bords mais surtout à quelques groupes peu sympathisants de l'émigration actuelle vers notre monde...

voilà je vais stocker mes liens ici :)

L'émigration européenne au XIXe siècle :


https://www.youtube.com/watch?v=yEIIyNIzdYk

madame Adonis
Financier
Financier
Messages : 1534
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » ven. 20 déc. 2019, 23:31

http://www.culturactif.ch/entretiens/chappaz.htm

un peu de lecture pour les fêtes et les jours d'hiver, trouvé sur le monde en chantier :
Maurice Chappaz

madame Adonis
Financier
Financier
Messages : 1534
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » dim. 29 déc. 2019, 16:58

Gabriel Matzneff ?

https://www.msn.com/fr-ch/actualite/cul ... spartanntp

C'était quand déjà les années Martzneff, le temps où un écrivain surdoué pouvait tout se permettre avec la bénédiction du monde de la littérature
Tout est prescrit maintenant en Europe ce n'est pas comme aux USA où on attend toujours un cinéaste surdoué pour l'enfermer un moment, ce qui ne lui ferait pas de mal… Et Matzneff , il ne risque plus rien nulle part, pas plus en Europe qu' aux USA ? Et il est où de nos jours, il écrit toujours, il est toujours aussi amateur de gamines de 14 ans ?
Pendant les années Matzneff, je me souviens avoir lu cet auteur pédophile. C'était je crois dans le cadre du forum du Magazine Littéraire parisien, probablement dans une lecture commune car j'avais acheté un livre de ce type… Ce dont je me souviens bien, c'est que j'ai brûlé ce livre car je voulais éviter de le faire circuler ou traîner sur mes planches, j'étais écoeurée...

https://www.ladepeche.fr/2019/12/28/aff ... 630902.php

https://www.msn.com/fr-ch/actualite/mon ... spartanntp ben si, il semble que le monsieur pédophile soit encore dans toutes les mémoires de l'époque quand un pédophile pouvait se vanter et écrire sur ses exploita sexuels avec mineures...



et pour ne rien laisser passer du côté littéraire, n'oublions pas Nabokov, encore un qui ne passerait plus sans histoire de nos jours… on l'enfermerait :D

«A quatorze ans, on n'est pas censée être attendue par un homme de 50 ans à la sortie de son collège, on n'est pas supposé vivre à l'hôtel avec lui, ni se retrouver dans son lit, sa verge dans la bouche à l'heure du goûter», raconte Vanessa Springora dans cet ouvrage.
«Pourquoi une adolescente de quatorze ans ne pourrait-elle aimer un monsieur de trente six ans son aîné? (...) Ce n'est pas mon attirance à moi qu'il fallait interroger mais la sienne», ajoute l'écrivaine, qui assure avoir été sous emprise lors de sa relation.«A quatorze ans, on n'est pas censée être attendue par un homme de 50 ans à la sortie de son collège, on n'est pas supposé vivre à l'hôtel avec lui, ni se retrouver dans son lit, sa verge dans la bouche à l'heure du goûter», raconte Vanessa Springora dans cet ouvrage.
«Pourquoi une adolescente de quatorze ans ne pourrait-elle aimer un monsieur de trente six ans son aîné? (...) Ce n'est pas mon attirance à moi qu'il fallait interroger mais la sienne», ajoute l'écrivaine, qui assure avoir été sous emprise lors de sa relation.

c'est vraiment parlant… :(

madame Adonis
Financier
Financier
Messages : 1534
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » mar. 31 déc. 2019, 11:35

https://www.msn.com/fr-ch/actualite/mon ... spartanntp

des excuses qui viennent un peu tard alors, disons : mieux vaut tard que jamais… :shock:

""Animateur d'émissions littéraires à la télévision, il m'aurait fallu beaucoup de lucidité et une grande force de caractère pour me soustraire aux dérives d'une liberté dont s'accommodaient tout autant mes confrères de la presse écrite et des radios", explique Bernard Pivot dans un texte adressé au JDD, où il tient une chronique.
"Ces qualités, je ne les ai pas eues. Je le regrette évidemment, ayant de surcroît le sentiment de n'avoir pas eu les mots qu'il fallait", ajoute l'ancien animateur d'"Apostrophes".
Le goût autoproclamé de Gabriel Matzneff, aujourd'hui âgé de 83 ans, pour les jeunes filles et les jeunes garçons n'a jamais fait ciller le monde de l'édition. Mais la sortie prévue le 2 janvier de "Consentement", où l'éditrice Vanessa Springora décrit comment elle a été séduite par Gabriel Matzneff, presque quinquagénaire, alors qu'elle avait 14 ans, est en train de changer la donne.
s"Le monde des livres et la littérature se jugeaient alors au dessus des lois et de la morale"
Depuis quelques jours, une vidéo de Bernard Pivot interrogeant sur un ton badin l'écrivain sur son attirance sexuelle pour les "moins de 16 ans" fait scandale sur les réseaux sociaux, près de trente ans après sa diffusion.

madame Adonis
Financier
Financier
Messages : 1534
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2008, 20:30

Re: Le tout et le n'importe quoi de la lecture au jardin

Message par madame Adonis » mar. 31 déc. 2019, 12:12

il faut vraiment voir cette vidéo car elle a quelque chose de terrifiant, GM devrait avoir été chassé du plateau ce soir-là … Pathétique, et qui ne donne pas confiance dans l'avenir. Les gamines initiées par ce pédophile charmant et bien élevé comme il se défini ont mis des année à se remettre de leurs "expériences" tout comme les femmes violées par un !Ramadan et tout ce beau monde court les rues sans honte... écoeurant

https://www.msn.com/fr-ch/actualite/mon ... spartanntp

https://www.msn.com/fr-ch/actualite/mon ... spartanntp

Répondre

Retourner vers « Nature »