Créer sa boîte aujourd'hui, de mieux en mieux...

Avatar du membre
Técé
Administrateur
Administrateur
Messages : 3040
Enregistré le : ven. 16 janv. 2009, 14:03
Localisation : Au soleil

Créer sa boîte aujourd'hui, de mieux en mieux...

Message par Técé » dim. 13 févr. 2011, 08:49

La fifille à son papa nous a crée un fil traitant de l'embauche par simulation, bien plus réaliste pour embaucher un individu que l'absurde CV + entretien d'embauche.

De même, dans notre monde moderne et surpeuplé ou tout a déjà été fait, où toutes les places sont déjà prises et donc où il est de plus en plus difficile, et nécessaire, de faire la différence, la dynamisation de l'économie passe par des changements profonds, non seulement dans les mentalités européennes, archaïques, mais aussi dans les méthodes.

La méthode préconisée présentée par le magazine Capital est une de celles-là.

De sortir du carcan minervien à oeillères, avec ce qui nous pend au nez est non seulement crucial, mais également urgent. On appelle ça "la réactivité"! Cette fameuse réactivité dont on affuble volontiers nos ennemis américains avec une quasi vénération, dans un pseudo atlantisme fanatique.

La démarche proposée là ne consiste ni plus ni moins qu'en une "création par simulation". Il va plus s'agir de tester le futur patron que la boîte elle-même. Un boulanger peut très bien s'installer dans une ville déjà saturée de boulangers s'il est capable de faire la différence. Il va simplement réduire le chiffre d'affaires de ses concurrents. Il connaîtra une phase à vide, mais l'accès de curiosité engendré par l'apparition d'un nouveau commerce cumulé à la curiosité quand au culot de l'entrepreneur aura la même influence qu'une tache de miel sur la table du petit déjeuner --que je ne vais pas tarder à prendre ce dimanche matin-- dans une pièce pleine de mouches (et je ne dis pas que la pièce où je vais prendre mon petit déjeuner est pleine de mouches, hein? :mrgreen: )

Outre-Atlantique, il existe carrément des organismes dont le rôle est de prêter l'argent nécessaire à l'exercice en taille réelle. On loue une boulangerie, ou un restaurant. L'investisseur, banquier ou capital-risqueur ou autre, peut ainsi observer l'individu en conditions quasi-réelles, en tous les cas de stress.

L'article parle "d'avantage prépondérant" (face à la concurrence, ndlr). L'avantage prépondérant en question, ce peut être lui-même. "Pourquoi pensez-vous réussir?"...."parce que je suis meilleur"...CQFD

On trouve également dans l'article des exemples, comme Facebook, Microsoft, Google, qui sont toutes des boîtes qui n'ont jamais connu le moindre business plan. Mais il y en a beaucoup d'autres. La Migros en Suisse, Carrefour en France, Wal-Mart aux Etats-Unis, tous partis d'une épicerie de quartier, par exemple. Globalement, les grandes réussites n'ont jamais connu le stade du business plan.

Plus grave, si certains créateurs de ces boîtes ont éventuellement fait des études ou une formation, ce n'est pour ainsi dire jamais dans leur secteur. Bill Gates, créateur de Microsoft, n'en était qu'au début de ses études de droit quand il les a arrêtées pour créer Microsoft. Son pote Steve Jobs, co-fondateur avec Woczinsky de Apple, lui n'en a jamais fait. Duttweiler, l'épicier qui a crée la Migros, savait à peine lire et écrire. Les fondateurs de Google n'étaient que passionnés par internet et étaient étudiants en mathématiques, physique, chimie. Ils n'ont pas eu l'idée du moteur de recherche, qui existait déjà, mais d'un algorithme mathématique qu'ils ont appliqué à leur projet.

Une entreprise n'a pas besoin d'un business plan, elle n'a pas besoin d'un patron qui a fait des études et va faire les choses comme on les lui a apprises, meilleure garantie d'echec sur toute la ligne...puisque tous les autres font comme lui! Non, une entreprise a besoin, tout simplement, d'un bon patron...et ça, c'est pas dans les business plan. ;)
Appropriez-vous la signature du Monde en Chantier
Image
Le bon sens, c'est la direction que l'on prend si elle va là où on veut aller.
L'amitié entre les peuples concerne les peuples, l'amitié entre les Etats concerne leurs victimes.

Avatar du membre
Técé
Administrateur
Administrateur
Messages : 3040
Enregistré le : ven. 16 janv. 2009, 14:03
Localisation : Au soleil

Re: Créer sa boîte aujourd'hui, de mieux en mieux...

Message par Técé » lun. 14 févr. 2011, 16:53

Contrairement à ce qui est cru souvent, la France est un paradis pour entreprendre. Il ne faut pas s'arrêter au coût des charges sociales sur les employés ou les taxes professionnelles, parce que l'environnement administratif est royal. Simple, fonctionnel, concentré, sans ratages. Un vrai rêve pour quelqu'un qui a connu la Suisse et ses chicanes absurdes et systématiques. En outre, tout comme en Suisse le salaire est elevé, en France, si les charges sociales sont élevées, il n'empêche que l'employé français est un des plus rentables du monde. Bien formé, cultivé, et, surtout, beaucoup plus travailleur que ce que certains imaginent souvent.

La France donne aussi le meilleur d'elle-même pour favoriser la création d'entreprise. Tout d'abord, les possibilités offertes dorénavant de créer des Sàrl et des SAS pour 1€. Avec des assouplissements et de nouveaux avantages considérables pour cette dernière...un statut de rêve. Les avantages de la SA, sans les inconvénients de la Sàrl. C'est bien simple, on peut avoir une entreprise sans payer de charges sociales, c'est aussi simple que ça. L'inconvénient étant que comme pour la SA, le montage de la societé est particulièrement fastidieux. On a quasi entière liberté statutaire, mais avec des règles incontournables quand même, nombreuses, précises...et vérifiées à la loupe au moment du dépot. Pour opter pour ce statut, il faut soit avoir beaucoup d'expérience (je le sais, je l'ai fait, tout seul, comme un grand ) soit avoir recours à un spécialiste, typiquement un avocat.

Elle a aussi créé le statut d'autoentrepreneur, dont on parle souvent, et qui apporte l'avantage qu'on a besoin de rien pour créer sa boîte, qu'on peut la créer en ligne et on ne paie ses charges que si on vend, au forfait. Vous avez une societé de services? Vous payez 23%, IMPOTS COMPRIS! Ca signifie qu'avec ce forfait, vous payez votre sécu, vous cotisez pour votre retraite, vous payez les impôts d'entreprise, vos impôts sur le revenu. Vous n'avez --vous n'aviez-- plus rien à payer. En plus, vous pouvez obtenir, par une procédure simple et peu coûteuse, devant notaire, la protection de vos biens. C'est-à-dire que vous pouvez exercer votre activité à votre domicile sans mettre en péril votre patrimoine. Malheureusement, beaucoup de députés interpellés par des maires inquiets de voir disparaître la taxe professionnelle et ce statut d'entrepreneur dégrevé de toute taxe professionnelle, ce qui grevait leur budget social, ont obtenu l'application de la CFE à ce statut, exception faite de certains secteurs dictés dans une liste exhaustive. Ce qui invalide un chouilla le procédé, puisque, lorsque vous vendez quelque chose, vous devez payer votre taxe forfaitaire. Par conséquent, vous achetez un pot de peinture 100€ pour un client, pour le lui revendre, vous êtes obligé de le lui facturer au moins 123€ pour pouvoir le vendre sans bénéfice, ce qui vous met en position d'infériorité face à un "vrai" statut d'entreprise. Il n'en reste pas moins que ce statut fait beaucoup d'émules en raison de sa simplicité et son coût nul.

Elle a crée le statut d'EIRL (Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée). Je vous laisse apprécier les fantastiques qualités de ce statut avec lequel vous êtes systématiquement protégé, sans à avoir à faire un montage fastidieux comme pour la SAS avec ses statuts alambiqués et ses conditions légales bien définies et encadrées :

Image

Elle propose également tout un tas d'éléments plus ou moins optionnels, comme l'opportunité pour les patrons de ne pas cotiser à la caisse de retraite normale, par répartition, mais de cotiser à une caisse faite pour eux, par capitalisation, et donc de ne pas être soumis aux règles de retraite standards. Mais également le Rescrit social qui permet d'être complètement affranchi de cotisations sociales tout en ayant un document à opposer à tout organisme qui viendrait vous piailler une quelconque menue monnaie. A noter que si vous n'avez pas obtenu de réponse dans le délai légal de 3 mois, votre rescrit social est réputé accepté, vous n'êtes donc soumis à rien. Pas de sécu, pas de retraite, rien...

Mais où on touche le sommet, le fantastique, c'est l'opportunité, à saisir, pour les jeunes de faire quelque chose, tout en étant dûment encadrés et soutenus. Dès le début de cette année, on peut créer son entreprise à 16 ans avec l'autorisation des parents ou, à défaut, en nommant un administrateur...fantastique...

Image

Si telle chose avait existé en Suisse quand je suis sorti de l'école, je serais TRES riche aujourd'hui. ;)
Appropriez-vous la signature du Monde en Chantier
Image
Le bon sens, c'est la direction que l'on prend si elle va là où on veut aller.
L'amitié entre les peuples concerne les peuples, l'amitié entre les Etats concerne leurs victimes.

Avatar du membre
LaFiLLeDuPèReNoëL
Financier
Financier
Messages : 1130
Enregistré le : dim. 30 nov. 2008, 16:00
Localisation : Juste ici!

Re: Créer sa boîte aujourd'hui, de mieux en mieux...

Message par LaFiLLeDuPèReNoëL » mar. 15 févr. 2011, 19:30

Joli sujet, Técé, :bravo: ... ça donne envie d'en créer encore plus.... 8-)
Image

Avatar du membre
Técé
Administrateur
Administrateur
Messages : 3040
Enregistré le : ven. 16 janv. 2009, 14:03
Localisation : Au soleil

Re: Créer sa boîte aujourd'hui, de mieux en mieux...

Message par Técé » lun. 07 mars 2011, 10:08

Et encore, si vous saviez ce qu'il est facile de s'associer en France. Il existe des tas de moyens de trouver un investisseur, du soutien technique gratuit, du soutien politique...

Fantastique. Je croyais tout savoir des combines à la française, mais j'en découvre encore chaque jour.

C'est vraiment plus dynamique, plus généreux, plus cordial. Chaque jour qui passe je me dis que la France vaut quand même vraiment la peine d'être vécue. ;)
Appropriez-vous la signature du Monde en Chantier
Image
Le bon sens, c'est la direction que l'on prend si elle va là où on veut aller.
L'amitié entre les peuples concerne les peuples, l'amitié entre les Etats concerne leurs victimes.

Répondre

Retourner vers « Economie »