En plus d'être en faillite, l'Allemagne veut contrôler l'UE

Avatar de l’utilisateur
Técé
Administrateur
Administrateur
Messages : 3269
Enregistré le : Ven 16 Jan 2009, 14:03
Localisation : Au soleil
Contact :

En plus d'être en faillite, l'Allemagne veut contrôler l'UE

Messagepar Técé » Sam 04 Fév 2012, 09:53

Voilà un article qui transcrit bien ma manière de penser sur l'Allemagne. Cette rage de la Merkel de tout contrôler, convaincue d'être la meilleure dans le pays le plus puissant.

Non seulement l'Allemagne est dans une situation de faillite invraisemblable en raison de sa très mauvaise gestion, mais en plus, après avoir pompé l'Europe "pour se refaire" de tout ce qu'elle pouvait, à commencer par les énergies renouvelables, elle veut imposer ses règles à l'UE, la mettant en péril.

Le pays le plus périlleux d'Europe est bel et bien l'Allemagne. De toutes les époques, les guerres sont venues d'Allemagne que l'on parle des Goths, des Visigoths des Ostrogoths...ou de 1870, de 1914 ou de 1945.

Nous assistons là clairement à une continuation de l'Allemagne de Bismarck qui a dominé l'Europe durant plusieurs décennies à l'époque. Hitler à rêvé du 3ème Reich, Merkel est en train.

Les allemands sont ainsi, ils sont un grand danger depuis toujours et ce n'est pas prêt de changer. Ils ont toujours eu ce sentiment de supériorité et ne lâcheront jamais tant qu'ils ne dirigeront pas l'Europe, convaincus qu'ils sont, dans leurs gênes, qu'ils sont le peuple supérieur d'Europe.

Image


Source

Il faut dire qu'ils sont confortés dans cette idée par les agences de notation qui, non contentes de ne pas avoir dégradé leur note, malgré la situation désastreuse de l'Allemagne, se sont encore permises de leur offrir une notation fixée à "stable". Forcément, quand on est de la race des seigneurs, ça fait plaisir....
Appropriez-vous la signature du Monde en Chantier
Image


Le bon sens, c'est la direction que l'on prend si elle va là où on veut aller.


L'amitié entre les peuples concerne les peuples, l'amitié entre les Etats concerne leurs victimes.

Retourner vers « Economie »