Ma proposition simple d'optimisation socio-économique

Avatar du membre
Técé
Administrateur
Administrateur
Messages : 3040
Enregistré le : ven. 16 janv. 2009, 14:03
Localisation : Au soleil

Ma proposition simple d'optimisation socio-économique

Message par Técé » dim. 05 févr. 2012, 13:24

C'est une solution équilibrée qui n'enlève aucune prérogative au patron. Il se peut qu'il se voie contraint d'agir sur le personnel de manière désagréable, jusqu'à l'oppression, en certaines circonstances, grâce à un système de notation, il conserverait cette prérogative, mais pas gratuitement.

Des points sur l'intégration des handicapés, les vieux dans l'entreprise, les jeunes en première embauche, le turn-over, les avantages sociaux, l'ambiance, etc...

On pourrait imaginer 5 niveaux, comme des étoiles. Ce sont les employés eux-mêmes qui les distribuent par un moyen simple :

La Sécurité sociale connaît chaque employé. Elle sait où il travaille. A partir de là, il suffirait de créer un site web externe à celui de la sécu pour l'interrogation des entreprises (probablement au fisc). Il suffirait d'ajouter un bouton sur le site de la sécu. Lorsque l'employé se logge sur le site de la sécu, en cliquant sur le bouton, le serveur de la sécu le renvoie directement, et anonymement, sur le serveur correspondant à son entreprise, au fisc. Il répond à 20 questions simples à 5 niveaux.

Le niveau obtenu fixe le niveau de charge et d'imposition de l'entreprise pour l'année suivante. On peut être dégradé d'une année sur l'autre, on remonte d'un niveau chaque année. Si une entreprise reçoit une étoile une année (en raison d'un vaste plan de licenciement économique ou je ne sais quoi) alors qu'elle était à 5 étoiles. L'année suivante elle n'a plus qu'une étoile, et il lui faudra 5 ans pour retrouver ses avantages.

Les avantages s'expriment en impôt sur le bénéfice, niveau de charges sociales, etc...

Le fait d'alléger la contrainte sociale sur les entreprises pourrait donner lieu à un manque à gagner, mais il faut alors aussi prendre en compte qu'une entreprise à connivence sociale forte dégage aussi un rendement économique fort. A l'inverse, une société qui n'engendre pas d'environnement social confortable, est peu rentable à échelon macro-économique.

Parce que l'environnement social, c'est la posibilité pour les employés d'acquérir du capital de l'entreprise. C'est des fonds de retraite collectifs avantageux. C'est un Comité d'Entreprise bien équipé, dans lequel le patron interagit avec condescendance. C'est bien évidemment les abus dans les heures supplémentaires ou l'excès de souplesse dans l'usage de l'annualisation du temps de travail. Toutes ces choses qui font qu'on est bien...ou pas, dans une entreprise.

Et une entreprise performante socialement dégage probablement moins de bénéfice à court terme qu'une autre qui pressure son personnel, mais la première existera encore à long terme, et ce n'est pas certain pour la seconde. La conséquence macro-économique est indiscutable.

Le pire est que 20% des entreprises fournissent 80% des emplois. Et 80% des problèmes sociaux sont issus du 20% de ces sociétés. Le coût macro-économique consécutif au comportement de ces entreprises est donc magistralement élevé, puisque cela signifie que seulement 4% des sociétés en France absorbent quasiment 100% des fonds sociaux. Autrement dit, les entreprises dont le mode de gestion ne grève pas le système social paient pour les autres.

Si ces entreprises n'existaient pas (ou, plus exactement, ne connaissaient pas ces troubles sociaux), les fonds sociaux pourraient donc être diminués de 80%, autant de pression sociale en moins sur la systèmique macro-économique.

A la limite, de supprimer une bonne fois pour toute ces entreprises pourrait amener d'un coup plusieurs points de PIB à la France.

Nous avons besoin d'emplois et d'entreprises, oui, mais pas à n'importe quel prix. Un employé sans travail à qui l'on donnerait un revenu sans travailler coûterait beaucoup moins cher qu'un employé qui a sans cesse besoin d'intervention sociale.

Ce qui coûte le plus cher et grève le plus notre performance? ...C'est le social! Et la solution n'est pas de réduire les avantages sociaux, mais de mettre en place un système qui en a moins besoin.

Je sous-entends par-là qu'ainsi nous pourrions rendre nos entreprises plus concurrentielles sur le marché mondial non seulement grâce au gain de performance ouvrière obtenu par la bonne volonté au travail par des ouvriers qui ont envie de bosser, mais également par le fait que les charges des entreprises pourraient être diminuées, en même temps que les salaires augmentés tout en vendant moins cher des produits de meilleure qualité.

Une solution très simple à mettre en place, non contraignante. Un simple site web anonyme auquel on accède par le site de sa sécu (donc le site de la sécu sait qui s'est connecté, mais pas le site du fisc qui se contente de recevoir l'invité au travers du serveur de la sécu et donc collecte simplement les notes) et le traitement est automatisé. Lors de la déclaration d'impôt sur le bénéfice des entreprises, la feuille est directement imprimée avec la note obtenue.

Les dirigeants peuvent bien évidemment accéder en permanence à leurs statistiques afin de déterminer ce qui ne va pas, et même après faire de la propagande auprès de leurs employés pour qu'en échange de l'amélioration ceux-ci aillent améliorer la note.

In fine, l'Etat n'a pas moins de rentrées, il a moins de sorties, les employés vivent mieux, les entreprises sont plus pérennes et plus concurrentielles.

L'intérêt, c'est que c'est facile à mettre en place, il suffit de le faire.

Comment faire pour que ça soit utile? Simple : le plus haut niveau de taxation est plus élevé qu'aujourd'hui. Alors que le plus bas est proche de 0.

Plus le plus haut niveau de taxation sera élevé et le plus bas sera plus bas, plus les entreprises feront tout pour être tout en bas. Quittes à faire des cadeaux si nécessaire.
Appropriez-vous la signature du Monde en Chantier
Image
Le bon sens, c'est la direction que l'on prend si elle va là où on veut aller.
L'amitié entre les peuples concerne les peuples, l'amitié entre les Etats concerne leurs victimes.

nowevo
Terrassier
Terrassier
Messages : 31
Enregistré le : mar. 17 mai 2011, 10:05

Re: Ma proposition simple d'optimisation socio-économique

Message par nowevo » jeu. 01 mars 2012, 19:04

Concept tres interressant mais quelques point m'interpelle:

"anonymement" ? D'accord mais pas pour les petites entreprises ou il n'y aurait qu'un petit effectif..donc rapidement démasquer.

J'ai bien peur aussi, que tout ceci pourrait être de nouvelle source de conflit entre patron et ouvriers,sans parlait des problèmes occasionner par les décisions patronale ayant pour seul but "gagner des étoiles":pot de vin ou pression sur le personnel pour les insister a bien noter l'entreprise sans qu'il y ait du coup,un réel changement si ce n'est pour le patron lui même (fiscalement).

Ou bien encore l'embauche de personnes in-adapter a un poste potentiellement dangereux.


Ce n'est juste ce qui me vient a l'esprit en lisant votre message, n'y voyez pas une opposition, au contraire ..

Avatar du membre
Técé
Administrateur
Administrateur
Messages : 3040
Enregistré le : ven. 16 janv. 2009, 14:03
Localisation : Au soleil

Re: Ma proposition simple d'optimisation socio-économique

Message par Técé » jeu. 01 mars 2012, 20:22

Je ne suis pas certain que le concept intéresse les petites structures.

Je me cite :
Técé a écrit :Si ces entreprises n'existaient pas (ou, plus exactement, ne connaissaient pas ces troubles sociaux), les fonds sociaux pourraient donc être diminués de 80%, autant de pression sociale en moins sur la systèmique macro-économique.
L'intérêt de la proposition et de faire assumer à la minorité de sociétés qui engendrent la majorité des coûts sociaux ;
...Le coût macro-économique consécutif au comportement de ces entreprises est donc magistralement élevé, puisque cela signifie que seulement 4% des sociétés en France absorbent quasiment 100% des fonds sociaux. Autrement dit, les entreprises dont le mode de gestion ne grève pas le système social paient pour les autres.
Par essence, les petites structures ne peuvent pas être à l'origine des coûts sociaux massifs puisqu'elles n'ont pas d'emplois massifs.

Les coûts sociaux partent dans les grands plans de licenciement ou dans la gestion massivement stressante. Ce sont donc de grandes entreprises. Une petite entreprise ne peut pas produire de stress ou de licenciements de masse. Même si elle licencie 100% de son personnel, ce ne sera toujours que minimaliste sociétalement parlant.

Ainsi, du moment que les structures qui coûtent le plus cher en raison de leur attitude sont le plus taxées, les petites structures n'ont pas besoin de participer au système, puisqu'elles contribuent à un système social devenu moins coûteux, donc qui taxe moins, donc elles paient moins d'office.


Une grosse société qui sacrifie 10% de son personnel, ce qui représente plusieurs milliers de personnes, ça, c'est un coût GIGANTESQUE.

Dans les grandes structures, la présence du délégué du personnel dans le CA pourrait n'être qu'une étoile, donc facultatif. A l'entreprise de décider de sa stratégie. Si elle peine à réunir des étoiles, elle peut en gagner une par ce biais. Si elle ne souhaite pas que le personnel intervienne dans les décisions, elle peut se débrouiller autrement pour satisfaire le personnel.

pot de vin ou pression sur le personnel pour les insister a bien noter l'entreprise sans qu'il y ait du coup,un réel changement si ce n'est pour le patron lui même (fiscalement).
Bon, imaginons que le patron agisse ainsi sur ses employés...comment ferait-il pour vérifier? Il s'aperçoit qu'il n'a pas eu d'étoile, bon, que fait-il? Il licencie tout le monde? Il punit tout le monde et il en perd encore une? Puisque c'est anonyme, il peut obtenir la promesse des employés de le faire, mais rien de plus.

Prenons un cas concret : le patron exige de chacun de ses employés qu'il vote directement depuis le siège de l'entreprise, les logs indiquent que le jour du vote, tout le monde à voté l'un après l'autre et toujours depuis la même IP?

....Pour le patron, ce serait la prison...pour un gain peu intéressant. Parce qu'il ne faut pas oublier que de payer moins de charges ne change pas grand-chose pour le patron, c'est la société qui paie, pas lui.
Ou bien encore l'embauche de personnes in-adapter a un poste potentiellement dangereux.
Bon, ben ça, ça relève de la gestion standard de l'entreprise. Ca concerne l'employé et la sécu. Si une erreur de RH manifeste a été pratiquée, déjà aujourd'hui l'entreprise peut être condamnée, et ça se produit souvent.

En l'occurrence, la sécu envoie des délégués en visite surprise dans les entreprises régulièrement, pour vérifier les normes des postes de travail, la formation des employés, que le poste correspond aux capacités physiques et intellectuelles de l'employé.

Ca n'entre donc pas en ligne de compte dans ma proposition.
Appropriez-vous la signature du Monde en Chantier
Image
Le bon sens, c'est la direction que l'on prend si elle va là où on veut aller.
L'amitié entre les peuples concerne les peuples, l'amitié entre les Etats concerne leurs victimes.

nowevo
Terrassier
Terrassier
Messages : 31
Enregistré le : mar. 17 mai 2011, 10:05

Re: Ma proposition simple d'optimisation socio-économique

Message par nowevo » jeu. 01 mars 2012, 22:11

je parlai en référence a mon expérience personnelle ou j'ai travailler dans des petites/moyennes entreprises de 50 a 100 employés ou les patrons brassent déjà quelque millions d'euro par ans et portent directement des pressions énormes sur le personnel et qui ont du coup une forte influence sur eux( il n'y a pas que les menaces de licenciement pour faire pression).
je craint juste que ce ne soit ,encore une fois de plus, qu'au patronna pour qui ça profite le plus
Mais je le répète l’idée est bonne c'est juste a approfondir. :bravo:

Avatar du membre
Técé
Administrateur
Administrateur
Messages : 3040
Enregistré le : ven. 16 janv. 2009, 14:03
Localisation : Au soleil

Re: Ma proposition simple d'optimisation socio-économique

Message par Técé » ven. 02 mars 2012, 00:00

Oui, mais ce ne sont pas ces boîtes qui engendrent les coûts sociaux.

Par contre, ce sont elles qui souffrent le plus des charges sociales très élevées.

Cela dit, c'est vrai, elles sont très nombreuses, et je n'avais pas envisagé mon concept pour si peu de personnel, mais je crois qu'elles sont aussi une cible.
Appropriez-vous la signature du Monde en Chantier
Image
Le bon sens, c'est la direction que l'on prend si elle va là où on veut aller.
L'amitié entre les peuples concerne les peuples, l'amitié entre les Etats concerne leurs victimes.

Répondre

Retourner vers « Economie »