Proposition...

Vous pourrez suivre ici toutes les péripéties de votre feuilleton printanier (et, très probablement, de l'été...et peut-être encore plus tard)...
Répondre
Técé
Administrateur
Administrateur
Messages : 3040
Enregistré le : ven. 16 janv. 2009, 14:03
Localisation : Au soleil

Proposition...

Message par Técé » ven. 02 oct. 2009, 10:37

Je propose une chose simple à Monsieur Gobat :
  1. Il s'engage, par écrit dans le journal, au cours d'une interview ou par une lettre ouverte conséquente, à modérer sa manière d'agir. A agir dans l'avenir comme un ami, payé par le peuple pour qu'il veille à ce que tout aille plutôt qu'à foutre la merde.
  2. Lui et son adjointe retirent leurs plainte
  3. Je retire ma plainte
  4. Je fais un speech élogieux sur lui sur le forum et, éventuellement, dans le journal s'ils daignent m'interviewer, parce que, dans ce cas, il faut le reconnaître, il aurait un très grand mérite.
Je suis, bien évidemment, tout-à-fait disposé à le rencontrer, ce n'est pas un problème pour moi. Je pense que maintenant qu'il m'a vu en vrai il n'aura plus peur de moi.

Je lui dirai la même chose que celle que j'ai dite au Juge d'Instruction : mon but n'est pas qu'il saute, mais que le SCAV neuchâtelois aie comme vétérinaire cantonal celui dont Monsieur Gobat donnait l'image forte d'un vétérinaire cantonal affable, intelligent et posé, lors de la chasse aux sorcières entamées après le drame horrible ou un petit garçon de 5 ans a été bouffé par des molosses étrangers et maltraités.

A cette occasion, Monsieur Gobat a su démontrer qu'il était capable de modérer une situation, d'en prendre le contrôle, il a donné l'image d'un homme fort.

Le fait qu'il faille qu'une affaire ne le touche pas directement pour qu'il soit capable d'objectivité est un syndrôme. Il se soigne, mais je doute qu'il en soit là. Il lui suffirait d'admettre qu'il existe et de ne plus en tenir compte et d'agir comme il avait agi, brillamment, lors de cette période très chaude, où il n'avais pas hésité à aller à contre-courant, et ce même quand une affaire le touche directement.

Je me permettrai par ailleurs de lui rappeler que le fait de se planter et de le reconnaître serait tout à son honneur. Bien plus que d'agir comme il le fait actuellement!

Vous savez, Monsieur Gobat, si vos administrés se rebiffent, ce n'est pas parce qu'ils remettent en cause votre autorité, mais bien parce qu'il y a un problème. Et ce problème, c'est vous! C'est vous qui mettez en danger la plausibilité de votre autorité par des agissements qui, s'ils soulèvent objection systématiquement, démontrent qu'ils ne sont pas pertinents. Considérant qu'il serait si facile de changer ça, vous n'avez aucune excuse et rien ne vous sera pardonné si vous ne le faites pas. Que vous le vouliez ou non, le public n'a pas à s'adapter à votre manière de voir les choses. Si vous ne vous adaptez pas au public, si le SCAV ne s'adapte pas au public, le public adaptera le SCAV, c'est tout vu! Que vous puissiez vous imaginer pouvoir plier le public à vos agissements serait une pure vanité vaine et douloureuse pour tout le monde...et plus pour vous que pour les autres, je le crains.

Rappellez-vous vos cours d'histoire : 1789....
Appropriez-vous la signature du Monde en Chantier
Image
Le bon sens, c'est la direction que l'on prend si elle va là où on veut aller.
L'amitié entre les peuples concerne les peuples, l'amitié entre les Etats concerne leurs victimes.

Répondre

Retourner vers « Le SCAV contre Técé »